A (RE)VOIR EDITO HERVE REBILLON

Vaccins : les camions sont à quai et attendent

Une fois de plus, l’Etat ignore le transport routier de marchandises, ses 40 000 entreprises sans oublier la logistique. Car c’est bien là le problème. Dans une Tribune dans le journal Le Monde daté du 7 janvier, Aurélien Rouquet, professeur de logistique, ne mâche pas ses mots parlant de « faillite étatique et scientifique » en évoquant la logistique vaccinale française. Comme pour les masques, « le problème, c’est que la logistique n’a pas été associée à la conception de la stratégie. » La filière française de la logistique du froid s’était pourtant préparée. Jean-Eudes Tesson, président de La Chaîne Logistique du Froid, qui avait accordé une interview à TRM24, confirmait que « la chaîne du froid en France est reconnue comme l’une des meilleures au monde » étant doté d’un parc de poids lourds frigorifiques importants. L’association France Supply Chain avait préconisé la création d’un conseil national de la Supply Chain Vaccins. Mais sa demande est restée lettre morte.

Pourtant, la France possède les plus belles entreprises de transport et de logistique. Leurs compétences ont été démontrées maintes fois. Stocker, transporter et distribuer, elles savent le faire. Le flux tendu, elles connaissent. La technique du zéro stock (indispensable pour la vaccination) qu’elles pratiquent déjà depuis des années dans l’automobile par exemple éviterait de vider les congélateurs restés pleins de doses presque dépassées en raison d’une défaillance d’organisation.

En Israël qui a vacciné 1,5 million de personnes en à peine 15 jours, le premier ministre Benyamin Netanyahou a fait venir dans un bureau adjacent au sien un expert en logistique. Inimaginable en France. Dans leur rapport remis au gouvernement et qui avait donné naissance à France Logistique, Eric Hémar, président de TLF et d’ID Logistics, et Patrick Daher, avaient mis en avant les atouts incontestables de la logistique allemande, l’une des premières au monde. Notre voisin a rôdé dès cet été son organisation et ses flux de distribution. Il vaccine à tour de bras aujourd’hui !

Principale crainte des transporteurs et des logisticiens français : une demande massive et impossible à satisfaire en un temps record, faute de camions. Le président Macron a confirmé que fin mars tout le monde pourrait se faire vacciner. Cela veut dire qu’en un laps de temps, il faudra livrer un maximum de doses, c’est-à-dire des millions. Au lieu d’étaler la vaccination à un plus large public dès maintenant.

Si l’Etat ne veut pas faire appel au secteur du transport, ce qui serait malheureux, qu’il fasse intervenir l’armée. La logistique est née au sein-même de l’armée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *