Actu

Electrique : « des goulots d’étranglement pénalisent la filière » Martin Daum, Daimler Truck

Martin Daum, Chairman of the Board of Management du groupe Daimler Truck, avait douché le 22 mars 2022 dans une interview donnée au Financial Times les espoirs des lobbyistes qui militent à Bruxelles en faveur des véhicules électriques à batteries en arguant des économies d’échelle. Devant un parterre de journalistes européens et de ministres Allemands des Transports (Volker Wissing Ministre Fédéral du Numérique et des Transports, Elke Zimmer, Secrétaire d’Etat et Ministre des Transports du Land de Baden-Württemberg), le dirigeant a récidivé lundi dernier.

Martin Daum a réaffirmé que « les véhicules électriques seront toujours plus chers que les modèles Diesel ». Les gains de densité énergétique ne compenseront pas, selon lui, le coût des matières premières des batteries de traction (qui plus est fortement orientées à la hausse depuis 2021). Cela, malgré le fait qu’il « y a beaucoup de synergies entre les bus et camions surtout avec les tractions électriques ou hydrogène à pile à combustible. »

Il a également évoqué « les goulots d’étranglement » qui pénalisent la filière : « une autre difficulté est l’équipement en infrastructures de recharge (…) Et encore, les autobus sont plus faciles à gérer que les autocars et camions. Pour le réseau autoroutier, il faudrait une station de recharge adaptée tous les 20 kilomètres. Personne n’achètera un autobus, un autocar ou un camion juste pour une question d’image. Les clients ne le feront que parce que cela rapportera de l’argent ».

A ce jour, sans aides, l’équation ne tient pas. Il enchaîne en évoquant la question de la fiscalité, plaidant pour une révision de la LKW Maut basée sur les émissions de CO2.

Quant au développement de moteurs à hydrogène : « c’est toujours en développement. Mais il faudra encore 10 ans avant de les voir arriver sur le marché. S’ils sont zéro carbone, ils ne sont pas zéro émission. Y aura-t-il une volonté politique pour cela ? » s’est interrogé Martin Daum.

Daimler Truck a confirmé lors de cette table ronde qu’il comptait bien tourner d’ici à 2030 la page des bus urbains au diesel, visant une offre 100% électrique qui s’appuiera, en partie, sur l’hydrogène. « Il y a un positionnement politique clair» en faveur des transports en commun électriques », a expliqué Till Oberwörder, patron de l’activité autobus du constructeur allemand.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.