Économie

Enquête Longue Distance : les niveaux d’activité encore faibles

Le Comité national routier vient de publier les résultats de son enquête annuelle sur l’activité Longue distance 40 tonnes réalisée en 2017 par des entreprises françaises en compte d’autrui. Il en ressort que les conséquences de la crise de 2008 « sont encore perceptibles ». « Les niveaux d’activité demeurent nettement inférieurs à ceux observés avant la crise, en particulier pour les petites entreprises » fait remarquer le CNR.

Conditions d’exploitation d’un véhicule. Selon l’enquête CNR, les volumes de production kilométrique annuels et journaliers augmentent respectivement de + 0,7 % et de + 0,4 % en 2017. L’indice de production d’un véhicule (produit du kilométrage annuel parcouru et du coefficient de chargement) s’améliore de + 1,5 % en 2017. Le parc dédié à la longue distance augmente de + 1,4 % en un an. Malgré les bons résultats de 2017, l’indice de production d’un véhicule et l’indicateur d’activité du parc 40 tonnes longue distance mesurés en 2017 restent inférieurs respectivement de – 5,1 % et de – 9,5 % à leur niveau de 2007, dernière année pleine d’avant crise.

La productivité des véhicules. Elle progresse en 2017 : + 0,3 % pour le taux de parcours en charge et + 0,5 % pour le taux de chargement sur parcours en charge. A activité théorique constante, le volume de transport produit par véhicule s’accroît en 2017 (+ 0,8 %). Les temps d’attente totaux (chargement + déchargement) sont minimaux pour les entreprises de 50 salariés et plus : 2,95 heures, contre 3,1 heures et 3,09 heures pour les entreprises appartenant aux deux autres classes d’effectifs. La consommation moyenne des véhicules 40 tonnes exploités en longue distance s’élève à 31,5 litres aux 100 km en 2017. Elle diminue régulièrement tous les ans. Depuis 2000, année de la première enquête longue distance, la statistique a baissé de – 11,8 %.

L’utilisation du matériel. L’âge moyen des tracteurs (3,7 ans) diminue de – 5,1 % en 2017 sous l’effet du renouvellement accéléré des parcs (7,4 ans pour les remorques). Le taux de renouvellement des tracteurs augmente tous les ans depuis 2015 : 16,2 % en 2014, 17,6 % en 2015, 18,7 % et 19,2 % en 2017.

Le coût des véhicules. Le prix du carburant est en moyenne de 0,293 euros par kilomètre contre 0,289 en 2016. Le coût kilométrique moyen de pneumatiques est stable en 2017 : 0,028 euros/km. Le coût kilométrique d’entretien-réparations enregistre une inflation de + 1,4 % en 2017.

Les conditions d’emploi et les coûts du personnel de conduite. Les contrats à durée indéterminée (CDI) restent la forme la plus répandue de relation contractuelle entre le conducteur et son employeur. Selon le dernier rapport de l’OPTL (Observatoire Prospectif des métiers des qualifications dans le Transport et la Logistique), près de 95 % des salariés du TRM sont en CDI. Le recours à des conducteurs à temps partiel reste minoritaire et ne concerne que 7,8 % des entreprises de l’échantillon. En 2017, 11,9 % des entreprises emploient des conducteurs intérimaires. La structure de la rémunération d’un conducteur longue distance reste la même en 2017 qu’en 2016. La somme des primes ne représente que 3,6 % de la rémunération.

Les coûts de structure. Ceux rapportés à un véhicule augmentent de + 2,4 % en 2017.
Les coûts de structure par véhicule sont nettement plus élevés pour les entreprises de la première classe d’effectifs. Notons que le montant des coûts de structure reste la donnée la plus complexe à mesurer, un nombre limité d’entreprises possédant une véritable comptabilité analytique. Il faut alors la reconstituer. Le CNR utilise dans ce cas les comptes détaillés de classe 6 du compte de résultat. Enfin, la fréquence d’indexation reste très élevée en 2017 (94,5%). Les pratiques d’indexation se généralisent à mesure que la taille de l’entreprise croît.

Source : CNR

Lire dans son intégralité l’enquête annuelle sur l’activité Longue distance 40 tonnes réalisée par le CNR

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.