Actu

Espagne : un poste de conducteur routier sur cinq actuellement vacant

L’Espagne est confrontée à une grave pénurie de routiers, s’alarme l’IRU qui a mené une enquête sur la Péninsule ibérique auprès de 200 transporteurs de marchandises et de voyageurs. Le déficit de main d’œuvre roulante est de 20%, soit un poste sur cinq serait vacant.

Une enquête plus large menée par l’IRU dans toute l’Europe en mars dernier révélait une tendance similaire dans plusieurs pays, notamment la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la Belgique, la Norvège et la Roumanie. Mais l’organisation parle de crise pour l’Espagne où la demande de conducteurs devrait croître de 18% d’ici deux ans, la pénurie pouvant même atteindre les 30% d’ici un an si rien n’est fait pour y remédier.

Esther Visser, responsable des affaires sociales à l’IRU, a déclaré : «La situation en Espagne fait partie d’une tendance plus large observée à travers l’Europe. Il n’y a tout simplement pas assez de conducteurs pour répondre à la demande et le problème s’aggrave rapidement, car les professionnels expérimentés quittent le secteur et ne sont pas remplacés en assez grand nombre. C’est l’un des problèmes les plus urgents auxquels le secteur des transports routiers est confronté, moteur de la mobilité et de l’économie espagnoles. Si nous n’inversons pas la tendance rapidement, cela aura des répercussions sur notre capacité à transporter des marchandises et des personnes d’un bout à l’autre du pays, ce qui affectera des millions de personnes, d’entreprises et de communautés. ”

Les raisons de la pénurie de conducteurs ? Actuellement en Espagne, l’âge minimum pour devenir chauffeur de bus est de 24 ans, alors que dans d’autres pays européens (comme la Belgique), les jeunes peuvent accéder à la profession dès 18 ans.

Les recherches de l’IRU montrent qu’aujourd’hui, les conductrices ne représentent que 3% de la main-d’œuvre des conducteurs dans le pays, et que les jeunes (25 ans et moins) ne représentent que 5%. Les opérateurs ont du mal à se diversifier : le chauffeur professionnel espagnol moyen a maintenant 46 ans et est de sexe masculin. Dans le secteur du transport de passagers en particulier, la question est encore plus critique, en partie en raison de la rigidité de la réglementation espagnole en vigueur dans la législation espagnole qui veut que les conducteurs d’autocar aient au moins 24 ans.

Pour faire face à ces défis en Espagne et dans toute l’Europe, l’IRU a travaillé en étroite coopération avec ses membres pour créer un plan d’action comportant des mesures à court, moyen et long terme. L’IRU a déjà pris des mesures, y compris la collecte régulière de données sur les entreprises, pour rechercher des faits et suivre les tendances. Il a lancé une initiative conjointe avec le Conseil européen des chargeurs (CES) afin d’élaborer des principes communs visant à améliorer le traitement des conducteurs sur les lieux de livraison. L’IRU a également mis en place un groupe d’experts chargé d’examiner la législation relative à la formation des conducteurs et son efficacité, dont les conclusions et recommandations sont attendues début octobre.

En collaboration avec un certain nombre de partenaires, l’IRU a également mis en place un réseau de femmes dans les transports, qui vise à accroître le nombre de femmes dans le secteur des transports et leur représentation à tous les niveaux, ainsi que de promouvoir les transports en tant que domaine attractif pour les femmes.

L’IRU a également lancé un nouveau service de certification des conducteurs en partenariat avec ALSA, une entreprise leader du secteur du transport routier de passagers en Espagne, et pilotée par ce projet. Basée sur une évaluation objective des compétences, la certification vise à démontrer le professionnalisme des conducteurs, à fournir des informations utiles et à promouvoir une culture d’amélioration continue au moyen d’une évaluation continue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *