Actu

Etude CNR : la Slovaquie parmi les pays les plus caboteurs

Le Transport routier slovaque est porté principalement sur l’international. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par le CNR. La Slovaquie se classe même parmi les pays les plus caboteurs de l’Union européenne.

L’activité internationale constitue plus de 80% de l’activité totale du pavillon slovaque. Dans l’activité internationale, le transport entre pays tiers occupe près de 40%. En termes de kilométrage, le transport national reflète la taille réduite du territoire avec une moyenne de 50 km par relation, tandis que le transport international dépasse les 600 km en moyenne.

« Depuis le début des années 2000, le TRM slovaque est caractérisé par son engagement à l’international, dénichant divers marchés à l’Ouest comme à l’Est, investissant dans ses relations commerciales avec les plus grandes économies européennes » fait remarquer le CNR. « Son avantage compétitif induit par des coûts de production plus bas que ceux de ses voisins autrichien, allemand ou encore tchèque lui confère une place de partenaire économique d’importance croissante. »

Cette spécialisation à l’international a permis au pavillon slovaque de se hisser sur le podium parmi les pavillons européens. Ainsi, le kilométrage annuel moyen d’un conducteur slovaque augmente, passant de 128 800 km par an en 2017 à 132 000 km par an en 2019.

Parmi les pays les plus caboteurs

Le cabotage sous pavillon slovaque représente 3,5% de l’activité du pavillon en 2018. Le nombre de tonnes-kilomètres réalisé a été multiplié par plus de 5 en 10 ans. L’Allemagne reste le principal pays caboté par le pavillon slovaque, suivi par la France. Le cabotage slovaque dans ces deux pays affiche un taux de croissance plus élevé que la moyenne. Le cabotage slovaque progresse également dans les pays voisins, à savoir en Autriche,mais  aussi en Tchéquie où le pavillon domestique perd de son attractivité et de sa compétitivité.  La Slovaquie se classe parmi les pays les plus caboteurs de l’Union européenne.

Une autre évolution importante reste pourtant à souligner : le coût de production des entreprises de TRM augmente constamment depuis plusieurs années. Par exemple, le coût d’un conducteur slovaque est passé de 23 500 €/an en 2012 à plus de 28 000 €/an en 2019, soit une augmentation de près de 13 %. Le coût des péages a plus que doublé dans le même temps sous l’effet d’une hausse généralisée à travers l’Europe. »

Retrouvez l’étude du CNR sur le TRM slovaque, cliquez ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *