Dossiers Une

EXCLU TRM24 : nous avons lu le Rapport sur la Logistique remis aujourd’hui à Edouard Philippe

Edouard Philippe se verra remettre aujourd’hui le Rapport « Pour une chaîne logistique plus compétitive au service des entreprises et du développement durable » dont étaient chargés de l’élaborer Eric Hémar, président de TLF et d’ID Logistics, et Patrick Daher. C’est d’ailleurs depuis le site d’ID Logistics à Aulnay-sous-Bois (93) que le premier ministre accompagné par Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux transports, devrait annoncer cette après-midi des mesures « destinées à répondre aux besoins du secteur et à faire de la France un carrefour logistique stratégique » fait savoir son cabinet. TRM24 a lu en exclusivité ce rapport et vous en dévoile les principales préconisations dont le lancement d’un Plan d’urgence Logistique ou encore la création d’une Plateforme France Logistique et d’un Comité interministériel de la Logistique. Eric Hémar n’en oublie pas pour autant qu’il est président de TLF et propose de « donner aux transporteurs routiers français des conditions d’exploitations similaires à leurs voisins européens ».

En février dernier, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, Elisabeth Borne, ministre des Transports à l’époque, et Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, avaient confié à Eric Hémar, président-directeur général d’ID Logistics (pas encore président de TLF), et Patrick Daher, président du groupe Daher, une mission pour « identifier les voies d’amélioration de la compétitivité de la chaîne logistique en France ». Une sorte de feuille de route des actions et mesures à prendre à court et moyen terme. Le 14 mars, Eric Hémar était élu président de TLF succédant à Claude Blot.

Comme nous l’avait confié Eric Hémar lors d’une interview accordée à TRM24, le rapport a été remis fin mai aux services du premier ministre. Matignon aura donc eu trois mois pour peaufiner les mesures annoncées aujourd’hui sur la base des préconisations d’Eric Hémar et Patrick Daher.

Eric Hémar, président de TLF et d’ID Logistics

Lancer un Plan d’urgence logistique

Les auteurs demandent avant tout la mise en place d’un plan d’urgence logistique. Ils préconisent six mesures à mettre en place dans les plus brefs délais : faciliter les passages aux frontières, établir pour les entrepôts une fiscalité foncière prévisible et raisonnable, raccourcir les procédures pour les constructions ou les aménagements d’entrepôts, rendre attractifs les métiers de la logistique par un effort et une stratégie de formation professionnelle et accélérer l’investissement informatique permettant une meilleure synchronisation des flux physiques et numériques notamment au niveau portuaire.

Ne pas oublier le TRM

Le rapport propose une mesure qui concerne le transport routier : amener les conditions d’exploitation des transporteurs français à un niveau comparable à celui des Pays-Bas ou de l’Allemagne. Car, selon eux, la France est très en retard sur le plan logistique comparé à ces deux pays. En effet, la France est classée en moyenne 15ème dans le classement agrégé LPI (Logistics Performance Index) de la Banque mondiale, devancée par nos voisins européens du Nord : l’Allemagne (1ère), les Pays-Bas (2ème) ou la Belgique (4ème). Ils proposent ainsi de limiter les « écarts entre les réglementations nationales en Europe car, même si le socle des directives ou règlements européens est le même, des spécificités conduisent à des réglementations plus contraignantes en France, par exemple sur la question du décompte des temps de disponibilité dans le temps de travail » souligne le rapport. Les auteurs préconisent surtout « l’établissement d’une fiscalité stable, prévisible et compétitive qu’il s’agisse de la fiscalité applicable aux entreprises (IS et taxes locales) ou des droits d’accises portant sur les carburants qui peut contribuer à favoriser la transition énergétique. »

Création d’une plateforme

Constatant une « vraie problématique de gouvernance » (multiplicité des interlocuteurs pouvoirs publics/profession), les auteurs préconisent avant tout de réunir l’ensemble des associations des professionnels sous un toit commun appelé « Plateforme France Logistique ». Elle aurait pour mission « d’animer l’attractivité de la filière France, de fixer les objectifs de formation des hommes, de développer la recherche et de devenir l’interface unique des pouvoirs publics sur les grands sujets de régulation. » Le rapport va même jusqu’à demander la création d’un comité exécutif de la logistique qui regrouperait le ministère des finances (DGE) et le ministère des transports (DGITM) ainsi que les représentants de la « Plateforme France logistique ». Ce comité exécutif serait ainsi le « garant de l’homogénéité des positions de différents interlocuteurs publics. »

Des actions en local

Les auteurs préconisent d’établir localement des organisations réunissant les principaux acteurs comme les ports, les régions et l’Etat. « Ces organisations locales définiront une stratégie inter-régionale dans le cadre du cahier des charges et des priorités nationales fixés par le comité exécutif de la logistique. »

Enfin, le rapport propose une approche nouvelle des investissements en logistique en partant des besoins des clients et des prestataires logistiques, importateurs ou exportateurs au lieu de partir des infrastructures des portes d’entrée ou de sortie du territoire nationale.

Reste à savoir ce que le premier ministre annoncera comme mesures. Sauront-elles répondre aux besoins et demandes dont fait référence le rapport. Réponse dans quelques heures.

 

Suivez en direct sur TRM24.fr et @trm24fr cette après-midi le déplacement d’Edouard Philippe sur le site d’ID LOGISTICS.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *