100% VUL

FORD E-Transit prépare SOLUTRANS

A vrai dire, tous les constructeurs automobiles réalisent des essais très poussés de leurs véhicules avant d’en confier le volant à des clients. Mais cette mise en avant faite par Ford est intéressante car elle met en avant l’ensemble des tests routiers réalisés sur le E-Transit, un utilitaire électrique. Mais cela correspond à une réalité où le véhicule subit des contraintes correspondant à 10 ans d’utilisation … en seulement 12 semaines.

C’est le défi qu’a dû relever le nouveau Ford E-Transit au cours d’une série d’essais conçus pour recréer les effets d’une vie entière d’utilisation avant sa commercialisation au début de l’année prochaine. Une nouvelle vidéo montre les tests climatiques et de résistance extrêmes auxquels ont été soumis les prototypes du E-Transit sous ses différentes déclinaisons (fourgons ou châssis-cabine) dans les usines de Ford en Europe et aux États-Unis.

Au cours de ces tests, l’E-Transit 100% électrique a affronté des conditions de conduite hivernales extrêmes dans le Michigan, aux États-Unis puis il a été soumis à des simulations de chaleur, de froid et d’altitude extrêmes dans le laboratoire d’essai météorologique de Ford à Cologne, en Allemagne et il a été confronté à des parcours particulièrement accidentés sur la piste d’essai de Lommel, en Belgique.

Dans le camp d’entraînement pour les véhicules Ford

Cela permet à Ford de s’assurer que le E-Transit est aussi résistant que ses modèles à moteur thermique. Cette approche recrée les effets de plus de 240 000 kilomètres de conduite, soit près d’une décennie d’utilisation par des professionnels qui ne ménagent pas le matériel.

Le laboratoire d’essai météorologique de Ford peut recréer des conditions allant du Sahara à la Sibérie. Les ingénieurs ont conçu le moteur électrique et l’environnement de l’habitacle en termes de performances et d’efficacité en soumettant le E-Transit à plus de 40°C  pendant deux semaines à l’aide de 28 projecteurs équipés d’ampoules de 4 000 watts. Le bloc-batterie du E-Transit est d’une technologie de refroidissement liquide pour des performances optimales dans des conditions climatiques extrêmes.

L’utilitaire a également dû prouver qu’il pouvait fonctionner à une température de -35°C  tout en effectuant une ascension de 2500 mètres avec une recharge complète comme s’il gravissait des cols alpins. Il s’y ajoute des milliers de passages sur des chemins dédiés, faits de bosses, de nids de poule et de pavés, dans les installations de Ford à Lommel, simulant des rues pavées, des routes secondaires accidentées et des chemins difficiles du monde entier.

La durabilité du bloc-batteries, du moteur électrique et de la suspension arrière de l’E-Transit a été testée en conduisant le nouveau modèle dans des bains de boue et de sel et à travers des jets d’eau salée, simulant les contraintes d’utilisation sur des routes hivernales. La fiabilité du moteur électrique a été prouvée en le faisant fonctionner en continu pendant 125 jours.

L’aptitude au travail de l’E-Transit sera encore testée par des essais en exploitation réelle auprès des professionnels dans les secteurs de la grande distribution, des services publics et de la livraison du dernier kilomètre, qui débuteront plus tard cette année. Ces essais aideront Ford à améliorer encore l’expérience des utilisateurs en matière d’exploitation du E-Transit, qui propose un moteur électrique nécessitant moins d’entretien et une connectivité améliorée.

L’E-Transit fait partie d’un plan d’investissement majeur de 30 milliards de dollars (environ 25,2 milliards d’euros) de Ford dans les véhicules électrifiés d’ici 2025. L’entreprise a déclaré que sa gamme de véhicules utilitaires européens sera 100 % sans émission (entièrement électrique ou hybride rechargeable d’ici 2024), et que deux tiers des ventes de véhicules utilitaires seraient 100% électriques ou hybrides rechargeables d’ici 2030.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *