Utilitaires

FORD expérimente un utilitaire autonome

Ford

En relation avec DP World London Gateway, un port britannique situé à 40 km à l’est du centre de Londres, Ford Motor lance un essai d’un véhicule autonome afin de démontrer à quel point une telle technologie pourrait dans le futur être utile d’abord en secteurs protégés et ensuite sur de grands chantiers puis sur route ouverte.

L’initiative fait partie du programme de recherche sur la conduite autonome de Ford, conçu pour aider les entreprises à comprendre comment les véhicules autonomes pourraient leur être utile. Lancé pour la première fois en juin pour explorer l’ impact potentiel sur les services de messagerie et les livraisons à domicile , l’essai DP World permet de comprendre et d’évaluer la manière dont les destinataires gèrent eux-mêmes l’accès aux véhicules de livraison autonomes.

Le programme pilote permet d’identifier de nouvelles opportunités et de nouveaux modèles pour les opérations de véhicules autonomes – en particulier de comprendre comment les processus existants et les interactions humaines peuvent fonctionner avec les véhicules automatisés.

« C’était incroyable de voir avec quel enthousiasme l’équipe de DP World a accepté de travailler avec l’aide d’un véhicule autonome. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec nos clients pour découvrir comment ces véhicules peuvent profiter à leurs entreprises et il est passionnant de voir de première main l’impact que cela peut avoir sur un large éventail de sites. Ce qui a si bien fonctionné dans les locaux de DP World pourrait également être bénéfique dans les universités, les aéroports et les installations de fabrication.” Se félicite Richard Balch, directeur, Véhicules autonomes et Mobilité, Ford Europe.

Ford a également testé la technologie de conduite autonome dans les grandes villes des États-Unis en partenariat avec Argo AI. La société prévoit d’investir environ 7 milliards de dollars (6,02 milliards d’euros) dans des véhicules autonomes pendant 10 ans jusqu’en 2025 – 5 milliards de dollars (4,3 milliards d’euros) à partir de 2021 – dans le cadre de ses initiatives de mobilité.

Pour l’essai, Ford a utilisé un Transit spécialement adapté et aménagé pour imiter l’apparence d’un véritable véhicule autonome avec un conducteur dissimulé dans un « siège d’auto humain ». Les employés du bâtiment de réception de l’entreprise ont chargé des colis dans des casiers à l’arrière du Transit. Puis, à des heures de livraison fixées, le Transit s’est rendu à la réception principale à 3,5 km afin que les collègues puissent les récupérer. Normalement, le personnel récupère actuellement lui-même les colis à la réception. Bien que prenant du temps, ces déplacements ne justifient pas un conducteur à temps plein.

Chaque étape du processus a été surveillée par des chercheurs qui ont également mené des entretiens avec les participants, avant, pendant et après l’essai. Ils ont constaté que les employés sont rapidement devenus à l’aise avec l’utilisation de la camionnette spécialement équipée. Certains ont formé de manière proactive des collègues à accéder à leurs colis, tandis que d’autres ont fait preuve d’ingéniosité pour surmonter les difficultés intentionnellement introduites par les chercheurs : comme le stockage des mauvais colis dans les mauvais casiers.

Jean-Yves Kerbrat
Les derniers articles par Jean-Yves Kerbrat (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.