Actu

Fret SNCF s’enlise encore plus selon son président

Dans une interview accordée à l’AFP, le président de Fret SNCF, Frédéric Delorme, estime que la filiale de la SNCF va « passer le cap » de la crise sanitaire même si des économies devront être envisagées.

Le responsable a confirmé une baisse d’activité pour Fret SNCF déjà déficitaire d’«en moyenne un peu plus de 20%». Le trafic a enregistré une baisse de 40%. La grève des cheminots contre la réforme des retraites avait déjà impacté le chiffre d’affaires de la filiale en tout début d’année 2020. « On n’est jamais revenu à un trafic normal» avec le déconfinement pour cause de déprime de l’économie, avec une baisse stabilisée à environ 20% par rapport au niveau de 2019. Un niveau qui n’a pas changé avec le deuxième confinement en novembre, déplore le responsable.

Frédéric Delorme a assuré que tout le fret demandé a été acheminé malgré la crise sanitaire. « On a assuré 100% de ce qu’on nous demandait. (…) Les industriels qui demandaient du fret parce qu’ils travaillaient ont eu du fret. Et la crise sanitaire a mis en relief l’utilité stratégique du fret ferroviaire, a-t-il fait remarquer.

Pour 2021, le président de Fret SNCF est plus prudent. « Malheureusement, la prévision quand on fait le tour des clients avec une certaine part d’incertitude, c’est que ça va être du même ordre de grandeur cette année : -20% par rapport à une année normale de référence qui pourrait être 2019 », prévient-t-il. « C’est un vrai choc !» « On sera capable de remettre la machine en route», a assuré Frédéric Delorme mais jusqu’à quand ?

Concernant les baisses des effectifs, le responsable a confirmé que 400 salariés dont une centaine de conducteurs avaient été mutés dans d’autres activités du groupe « en plus des départs en retraite. » « Il n’y a pas de plan de départs, il n’y a pas de plan social », a tenu à insister Frédéric Delorme, qui parle de «mobilité interne de qualité», avec «une attention particulière» portée aux situations individuelles.

Fret SNCF veut aussi économiser sur ses coûts de structure, afin de rattraper les «plusieurs points» de retard qui handicapent cette activité face à ses concurrents. La société entend aussi céder des actifs immobiliers et des locomotives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *