Économie

Geely-Daimler : des remous dans la sphère poids lourds

A la surprise générale, le constructeur automobile chinois Geely, en quête d’une alliance dans les voitures électriques, a pris dernièrement une participation dans Daimler. En décembre dernier, déjà propriétaire de Volvo Cars, le constructeur automobile chinois avait racheté 8,2 % du capital du fabricant de poids lourds AB Volvo pour 3,25 milliards d’euros au fonds activiste Cevian Capital.

Geely veut surtout avoir accès à la technologie de fabrication de batteries de Daimler et établir une coentreprise dans les voitures électriques à Wuhan, capitale de la province chinoise de Hubei. Les véhicules industriels intéressent aussi le chinois dans la course au camion autonome.

Principale conséquence de cette dernière acquisition : AB Volvo qui produit des camions a remercié vendredi dernier le directeur de Volvo Cars au sein de son conseil d’administration. “La raison pour laquelle Hakan Samuelsson n’est pas proposé pour être réélu est l’annonce que Geely Group est devenu le principal actionnaire du constructeur automobile allemand Daimler, l’un des principaux concurrents du groupe Volvo”, a indiqué clairement la compagnie dans un communiqué.

Les spéculations sur un rapprochement possible des deux marques suédoises, scindées en 1999 lors de la cession de Volvo Cars à Ford, vont bon train. Concernant un rapprochement de Daimler et Volvo, les conditions sont tout autre. “Du point de vue de la technologie, un mariage Volvo-Daimler n’est pas une tâche facile puisque Geely et la marque allemande ne sont pas dans la même catégorie”, a déclaré un spécialiste économique. « Geely devra adopter une approche progressive pour assimiler les technologies et se mettre en phase avec la direction de Daimler. »

Rappelons que Daimler Trucks (filiale poids lourd de Daimler) est déjà présente en Chine via son partenaire Baic Motors Corp. Ils avaient produit ensemble en 2012 un premier poids lourd dans la game Auman. Les deux entités ont annoncé le 25 février dernier la construction d’une nouvelle usine en Chine, un investissement de 1,9 milliard d’euros).

Bref, le paysage du marché international du poids lourds devrait de nouveau changer dans les prochains mois. Rapprochements, synergies, Li Shufu, le fondateur et président du chinois Geely, n’a pas dit son dernier mot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.