Articles 18H Instantané TRM24

Grande-Bretagne : polémique sur les autotests COVID pour les routiers

Les tests COVID restent obligatoires depuis le 20 décembre dernier pour les routiers qui souhaitent rejoindre la France depuis la Grande-Bretagne. Les conducteurs doivent réaliser le test eux-mêmes parfois dans des conditions sanitaires contestées. Les transporteurs et des élus français dénoncent ces pratiques.

C’est Frédéric Cuvillier, maire (PS) de Boulogne-sur-Mer et ancien ministre des transports, qui a tapé du poing sur la table le premier. Il a dénoncé les « conditions sanitaires incroyables », s’insurgeant contre le fait que les conducteurs doivent “faire eux-mêmes leurs tests”, parfois “à même le sol”, “abandonnés”, “sans personnel de santé”. Il a posté sur son compte twitter une photo de plusieurs routiers en train de préparer leur auto-test.

Le témoignage surréaliste de ce conducteur d’Audresselles (Pas-de-Calais), Sébastien : « On nous donne un kit et on fait les prélèvements nous-mêmes, par petits groupes, témoigne-t-il. Le pire, c’est que ça se passe dehors, à même le sol, il n’y a même pas d’abri… » « On se retrouve avec des saignements de nez, d’autres se retrouvent avec des irritations nasales assez désagréables, d’autres éternuent”, a raconté à France 2 un conducteur effectuant chaque semaine le trajet entre la Grande-Bretagne et la France.

Pour Olivier Arrigault, secrétaire général de la FNTR Nord, qui s’est exprimé dans la presse régionale : « le résultat peut être discuté si ce test n’est pas fait correctement. L’objectif des conducteurs c’est de rentrer le plus rapidement possible, mais on peut reconnaître que cette procédure n’est pas tout à fait logique. Malheureusement, on s’habitue à ce qui pourrait relever de l’inacceptable. »

« Je réclame avec force que leur dignité humaine soit respectée de la part des autorités britanniques » a lancé l’ancien ministre des transports. Les syndicats menacent de faire appliquer un droit de retrait, soutenus par Frédéric Cuvillier, faute de réaction de la Grande-Bretagne. Les organisations syndicales qui seront reçues ce soir par Jean-Baptiste Djebbari, le ministre français des transports, nous ont confirmé que ce sujet sera à l’ordre du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.