Actu

Grève : les fédérations TRM exigent des pouvoirs publics le déblocage des ports

Pour la seconde fois en l’espace d’un mois, la Fédération Nationale des Ports et Docks a lancé un appel à une opération « port mort » sur l’ensemble des terminaux portuaires français. Les fédérations du transport routier exigent des pouvoirs publics le déblocage des ports. En termes d’impact financier, il s’agirait de dizaines de millions d’euros par jour de pertes sèches pour les entreprises. La perte de trafic est estimée à – 40% pour le port de Fos, le double pour le Havre.

L’OTRE se fait l’expression du « ras l’bol » et de l’exaspération des transporteurs routiers dont les conséquences de ces mouvements sociaux sont « littéralement mortifères risquant de couter l’emploi à des centaines de salariés » écrit l’organisation dans un communiqué qui annonce avoir saisi le premier ministre lui demandant audience « pour obtenir la mise en place d’aides spécifiques au soutien des entreprises du transport routier impactées par cette insupportable situation. » « Sur la première place portuaire française de transport de conteneurs, les transporteurs routiers, qui assurent 85 % des flux à l’importation comme à l’exportation, sont, depuis un mois, littéralement empêchés de travailler supportant des surcoûts d’exploitation et des pertes colossales de chiffre d’affaires » ajoute l’OTRE.

De leur côté, la FNTR et TLF estiment que « les opérations successives « ports morts » depuis 6 semaines ont ruiné tous les efforts de relance de la filière maritime ». Les organisations demandent expressément aux pouvoirs publics de réagir « en apportant des mesures concrètes de soutien. » « La FNTR a été reçue à Bercy il y a quelques semaines pour évaluer les mesures de soutien nécessaires aux entreprises de transports routier fragilisées par les mouvements sociaux. Des mesures spécifiques doivent être prises immédiatement en particulier concernant les entreprises travaillant avec les ports concernés. Cette situation doit maintenant faire l’objet d’un traitement à la hauteur des enjeux en matière de déblocage et d’accompagnement des entreprises » a expliqué Jean-Christophe Pic, président de la FNTR.

Dans un courrier adressé lundi dernier à l’ensemble des compagnies maritimes opérant sur les ports français et aux entreprises de manutention, Eric Hémar, président de TLF et Herbert de Saint Simon, président de TLF Overseas, ont demandé l’exonération de tous les jours de grèves dans le calcul des frais de stationnement, gardiennage, branchement des conteneurs reefers, détentions et surestaries.  « Les commissionnaires de transport (adhérents de TLF Overseas) et leurs clients n’ont pas à supporter seuls la responsabilité et la totalité des charges financières des conséquences des grèves, au risque de créer un fort déséquilibre entre les acteurs de la filière et une perte d’activité irrémédiable des ports français » tiennent à souligner les fédérations dans un communiqué qui concluent : « l’activité du transport de marchandises est en péril. Sans ports, pas de commerce extérieur ! »

« J’appelle officiellement les autorités nationales et locales à débloquer la situation pour assurer la libre circulation des personnes et des marchandises. Notre gouvernement doit urgemment prendre conscience des conséquences de cette situation pour la compétitivité de la filière maritime. Nous demandons expressément à être reçus par le gouvernement d’ici la fin de la semaine. » a déclaré Herbert de Saint Simon, Président de TLF Overseas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *