Actu

Hausse des Energies : les fédérations demandent des mesures urgentes pour le TRM

Les fédérations du transport routier, la FNTR et l’OTRE, en appellent au gouvernement face à l’explosion des tarifs des énergies, du gasoil, du gaz et de l’électricité. Elles demandent que l’Etat soutienne ponctuellement les entreprises du TRM, secteur stratégique de l’économie française. Plusieurs courriers ont été adressés à plusieurs ministres dont Bruno Le Maire, ministre de l’économie, et Barbara Pompili, ministre de la transition écologique.

« Si les professionnels bénéficient d’un système de répercussion en pied de facture des variations des coûts du gazole et du gaz, cette disposition reste avant tout contractuelle et n’est en rien automatique. Même quand elle s’applique, la répercussion ne se fait pas toujours à bonne date et à bon niveau » tient à préciser la FNTR qui avait saisi déjà le gouvernement, début février, sur cette situation et avait demandé des mesures d’accompagnement spécifiques à Bruno Le Maire, ministre de l’économie, et Barbara Pompili, ministre de la transition écologique. Ces demandes sont demeurées sans réponse.

L’OTRE de son côté a décidé d’alerter le gouvernement sur les risques économiques « que font peser les hausses du prix des énergies pour le secteur ». La fédération estime que l’augmentation pour les camions roulant au gaz avoisine les 400%. « Avec une hausse de plus de 30% constatée sur le gasoil sur une année, le prix du carburant continue de flamber. Il augmente régulièrement quasi quotidiennement. Ce constat est également une réalité pour les véhicules roulant au gaz avec une hausse de 400% » précise l’OTRE, « cette situation est très préoccupante et elle inquiète les entreprises qui peinent à les répercuter. »

L’OTRE demande dans un courrier adressé hier à Bruno Le Maire, ministre de l’économie, des mesures urgentes et concrètes en faveur des professionnels de la route. « En transport routier de marchandises, les entreprises, déjà soumises à des marges très faibles, craignent de les dégrader encore davantage alors que de nombreux chargeurs refusent des revalorisations acceptables des prix, au risque de sacrifier de nombreuses entreprises du transport routier pourtant vitales à leur propre activité. »

« Sur le terrain la colère monte, il y a urgence » lance la FNTR dans un communiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.