Actu

Hausse tarifs carburants : la remise de 15 centimes € ne répond pas aux besoins urgents du transport routier

Dans un communiqué commun, les organisations professionnelles du transport routier, la FNTR, l’OTRE, TLF et la FNTV, ont réagi à la remise de 15 centimes d’euro par litre de carburant annoncée par le premier ministre. « Cette mesure favorable aux citoyens français ne répond pas aux besoins urgents des entreprises du secteur ». La profession rappelle qu’elle attend une aide sérieuse du gouvernement à la veille de l’annonce du Plan de résilience. Sur le terrain, les réunions de transporteurs sont de plus en plus nombreuses en vue de prochaines actions. Hier, une centaine d’entre eux se sont regroupés devant la Préfecture de Rennes.

Les fédérations attendent une aide sérieuse du gouvernement, « limitée dans le temps, pour faire face aux pertes enregistrées par leur secteur d’activité. » « Cette mesure de soutien donnera aux entreprises le temps nécessaire pour répercuter l’inflation subie auprès des chargeurs et des autorités organisatrices de la mobilité » ont-elles ajouté.

Les organisations estiment que le secteur doit bénéficier impérativement de mesures spécifiques, « toutes énergies et tous modes confondus. » Elles souhaitent une exonération de charges fiscales et sociales et non un report ; une aide directe et ponctuelle par véhicule afin de prendre en compte l’impact des hausses brutales du carburant, des différents postes de coûts et de l’accord social signé début février. Elles demandent par ailleurs une révision mensuelle des prix des contrats publics de transport qui ne le prévoient pas.

« Les organisations professionnelles du secteur attendent du gouvernement qu’il prenne ses responsabilités et qu’il mette en place dès que possible ces aides d’urgence » précisent-elles.

Dans les autres pays européens, la colère des transporteurs gagne du terrain. En Espagne, les transporteurs ont lancé une grève nationale illimitée pour protester contre la flambée des prix des carburants. Non soutenue par les organisations patronales, elle est menée principalement par des indépendants, les autonomos, qui représentent plus de 85% du secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.