Actu

Immatriculations PL : la chute se confirme en Europe (-14%)

Après 8 mois de croissance consécutive, les immatriculations de poids lourds ont enregistré en Europe une baisse de 13,8% pour s’établir à 22 887 unités en septembre. Cependant, depuis janvier, la demande de poids lourds de l’UE a augmenté de 5,3%, malgré le ralentissement enregistré au cours des trois derniers mois.

Tous segments confondus, les immatriculations de véhicules industriels ont diminué en Europe en septembre pour la première fois cette année (-10%), mettant fin à huit mois de croissance consécutive. La plus forte baisse a été enregistré au Royaume-Uni. La France tire son épingle du jeu avec une hausse de 2,5%. Sur l’ensemble de l’année (de janvier à septembre), l’Allemagne est en tête de la croissance suivi de la France (+6,1%).

En revanche, les choses se corsent sur le segment des poids lourds (de 16 t et plus). Les immatriculations ont enregistré une troisième baisse mensuelle consécutive, en baisse de 13,8% pour s’établir à 22 887 unités le mois dernier. De janvier à septembre 2019, la demande de poids lourds de l’UE a toutefois augmenté de 5,3%, malgré le ralentissement enregistré au cours des trois derniers mois. Cette croissance a été largement tirée par le Royaume-Uni (+ 16,0%), la France (+ 9,2%) et l’Allemagne (+ 8,2%). Dans le même temps, les immatriculations de poids lourds ont diminué en Italie (-6,7%) et en Espagne (-1,4%).

Du côté des utilitaires, la demande était de 13,4% inférieure dans l’Union européenne par rapport à septembre 2018. Les immatriculations ont chuté sur tous les principaux marchés de l’UE en septembre. L’Italie (-22,7%), l’Allemagne (-12,3%) et le Royaume-Uni (-11,3%) ont enregistré une baisse à deux chiffres. Comme sur le segment des camions, depuis janvier, les immatriculations de camions dans l’UE ont augmenté de 5,7%, même si la demande a été négative au troisième trimestre. Le Royaume-Uni (+ 13,6%), l’Allemagne (+ 10,6%) et la France (+ 8,0%) ont mené cette croissance, tandis que l’Italie (-6,4%) et l’Espagne (-2,0%) ont enregistré une performance inférieure à celle de l’année précédente.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.