A (RE)VOIR Actu

Immatriculations VI UE : +19,1 % en 2021, -12,3% en septembre

Selon l’ACEA, en septembre 2021, les immatriculations de véhicules utilitaires dans l’UE ont de nouveau diminué (-12,3%), en raison principalement de la pénurie de puces électroniques qui a eu un impact négatif sur les volumes de vente dans tous les segments et sur tous les principaux marchés de l’UE

L’Espagne a connu en septembre la plus forte baisse le mois dernier (‐26,7%), suivie par l’Allemagne (‐18,2%), la France (-16,1%) et l’Italie (‐10,4%). En revanche, depuis le 1er janvier, la demande est restée positive (+19,1 %), totalisant 1,4 million d’unités. Chacun des quatre grands marchés de l’UE a enregistré une croissance jusqu’à présent cette année : l’Italie (+29,7%), la France (+16,8%), l’Espagne (+10,4%) et l’Allemagne (+8,5%).

Après sept mois consécutifs de croissance, la demande européenne de poids lourds a subi un léger ralentissement en septembre (-1,8%). Seule l’Italie (+19,4%) a réussi à afficher une croissance parmi les principaux marchés de l’UE, tandis que l’Espagne (-12,2%), la France (-10,8%) et l’Allemagne (-9,8%) ont toutes enregistré des baisses. Depuis le début de l’année, près de 180 000 nouveaux poids lourds ont été immatriculés dans l’Union européenne, en hausse de 28,4 % par rapport à la même période en 2020.

En septembre, la demande d’utilitaires s’est contractée pour la première fois en huit mois. La Pologne a continué de bien performer, affichant une hausse de 34,7% le mois dernier, tout comme l’Italie (+13,7%). Cependant, la faible performance des autres marchés clés a fait baisser le résultat global de la région de 5,8% par rapport à septembre 2020. Depuis le début de l’année, les ventes d’utilitaires ont augmenté de 23,4 %, comptant 217 000 unités immatriculées dans la région. Tous les grands marchés ont enregistré des gains à deux chiffres au cours de cette période de neuf mois : l’Italie (+32,6 %), l’Espagne (+16,7 %), l’Allemagne (+11,1 %) et la France (+11%).

Les immatriculations de septembre dans le segment des autobus ont diminué de 3,8 % par rapport à l’an dernier, totalisant 2 377 unités. En ce qui concerne les grands marchés de l’UE, les résultats ont été mitigés. La demande s’est contractée en France (-2,1%) et en Allemagne (-26,3%) notamment, tandis que l’Italie (+63,0%) et l’Espagne (+53,3%) ont connu une forte croissance le mois dernier. Neuf mois après le début de 2021, les ventes de bus neufs dans l’UE ont augmenté de 5,3 %, principalement en raison de la faible base de comparaison de l’année dernière. La France, premier marché de cette catégorie avec 5 103 bus immatriculés, a enregistré une hausse de 18,4 % jusqu’à présent cette année, suivie de l’Italie avec une croissance similaire (+18,2 %). En revanche, la demande en Espagne (-6,3 %) et en Allemagne (-5,0 %) a baissé au cours de la même période.

(source : ACEA)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.