Non classé

IRU : les camions autonomes une solution à la pénurie de conducteurs

Pour la première fois, l’institution qui représente les transporteurs dans le monde a donné sa position sur les camions autonomes. Lors de la cérémonie de ses 70 ans en mars dernier à Genève, l’IRU a déclaré qu’ils seront la solution à résoudre la pénurie de conducteurs routiers dans le monde. Les camions autonomes seront opérationnels d’ici 5 à 10 ans, a estimé l’IRU.

“La technologie existe déjà et elle a été testée notamment par certains groupes aux Etats-Unis », a affirmé Umberto de Pretto, le secrétaire général de l’Union internationale des transports routiers (IRU). « Tout va dépendre de l’entreprise qui décidera d’en acheter en premier. Les autres suivront rapidement parce que celle-ci aura un avantage compétitif » a-t-il conclu. « L’utilisation de ces camions diminuera les coûts d’un tiers à 50% et permettra une activité “24h/24 et tous les jours. »

Des millions de routiers sans emploi. Dans un rapport récent, l’union avançait des chiffres à donner le tournis et surréel. « L’utilisation de camions autonomes pourrait faire baisser de 50 à 70% la demande de chauffeurs aux États-Unis et en Europe d’ici à 2030, ce qui se traduirait, selon un scénario, par la suppression de jusqu’à de 4.4 millions des 6.4 millions d’emplois de chauffeur professionnel prévus d’ici là » prédit l’IRU tout en nuançant : « même si l’essor des camions autonomes dissuade les nouveaux aspirants chauffeurs, ce sont plus de deux millions de chauffeurs qui pourraient directement être victimes de suppressions d’emplois aux États-Unis et en Europe. »

Umberto de Pretto, le secrétaire général de l’IRU

L’IRU a par ailleurs évoqué trois points concernant les camions autonomes. Elle entend lancer des discussions avec les législateurs afin d’adapter “en douceur” la Convention actuelle qui règle la circulation routière et qui prévoit pour l’instant qu’un véhicule doit être piloté par un être humain. L’organisation mondiale entend enfin poursuivre son engagement sur le développement durable et la numérisation dans le transport routier.

Pour tous ces projets à venir, notamment en ce qui concerne les camions autonomes, l’IRU entend réunir un plus grand nombre de pays. Elle a réussi à convaincre dernièrement la Chine, l’Inde et le Pakistan, à rejoindre la Convention de l’ONU sur les transports internationaux routiers (TIR) qu’elle avait lancée en 1949.

L’IRU a évoqué aussi les tensions entre les Etats-Unis et la Chine, estimant que « toute guerre commerciale a des conséquences négatives pour le commerce et pour le transport routier. Mais le transport maritime pourrait être plus affecté. Pour le transport routier, l’impact ne devrait pas être significatif » a déclaré Umberto de Pretto, le secrétaire général.

Lors de cette cérémonie, l’IRU a lancé sa campagne WE LOVE THE ROAD. David Couliau, un jeune réalisateur, skateboarder et conteur est parti de Genève ce même jour en camion pour un périple de 8 mois à travers 18 pays d’Europe, d’Asie et du Moyen-Orient jusqu’à rejoindre Mascate, Oman le 6 novembre à l’occasion du Congrès mondial de l’IRU. Ses anecdotes sont diffusées tout au long de l’année sur un blog dédié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.