Actu

Jost trouve un accord avec la justice belge

Le tribunal correctionnel de Liège a validé l’accord conclu entre Roland Jost et le Parquet fédéral. Le propriétaire de la société belge de transport et de logistique Jost a reconnu ses erreurs et a accepté une peine de prison avec sursis de 18 mois et le paiement immédiat de 200 000 euros. Cet accord met donc fin aux poursuites pénales à son encontre pour escroquerie sociale.

En réalité, Jost avait déjà convenu en septembre dernier d’un accord avec le parquet. Mais le juge compétent l’avait rejeté estimant qu’aucune sanction pécuniaire n’avait été prévue.

L’addition est salée pour le transporteur. Jost avait déjà accepté l’an dernier le paiement de 30 millions d’euros afin que le parquet abandonne les accusations portées contre lui pour constitution d’une organisation criminelle, trafic d’êtres humains et blanchiment d’argent. Son avocat parle de non-lieu.

Cette fois, l’accusation de dumping social qui date de 2017 est abandonnée. Jost aurait engagé jusqu’à 1 000 employés d’Europe de l’Est pour son entreprise en Belgique via une société boîte aux lettres en Roumanie. 270 véhicules de Jost ont été bloqués par le parquet.

Dans la procédure homologuée par le tribunal, Roland Jost reconnaît des infractions de droit pénal social : non-déclaration de travailleurs, non-paiement de cotisations de sécurité sociale et non-paiement de rémunérations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.