Économie

Croissance des ventes de bus électriques aux Etats-Unis

Les ventes de bus électriques aux Etats-Unis ne cessent de progresser. Le gouvernement est très impliqué dans la conversion énergétique. Malheureusement, la plupart des ventes se font en Chine. Et surtout, il reste des questions pratiques à régler pour les Etats Unis.

Aux Etats-Unis, la Californie est en tête du peloton. Le California Air Ressources Bound a approuvé l’an dernier un programme de dépense de 208 millions de dollars pour que les flottes de bus et de camions passent au vert. Ce plan aide aussi l’Etat à atteindre ses objectif ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

“Cette croissance est largement due à la politique gouvernementale – incitations et/ou normes d’efficacités énergétique”, a déclaré Scott Shepard, analyste principal chez Navigant.

L’adoption des bus totalement électriques prend de la vitesse, mais on estime que ces bus n’auront que 15% des part du marché américain pour 2025. Le reste des ventes se font en Chine, près de 95% des bus électriques sont vendus là-bas. Pourtant, les bus électriques ne sont que 70% du marché total des bus, soit près de 100 000 bus électriques vendus par an. «La tendance en matière d’électricité est en nette progression», a déclaré Jeff Hiott, vice-président adjoint des services techniques et de l’innovation pour l’American Public Transportation Association.

En Mai, sur les 163 organismes de transport en commun de l’Etat, 36 entreprises utilisaient 132 autobus électriques. Les agences de transports en commun disposent de 655 bus électriques supplémentaires selon la Commission. «Ce qui change vraiment, c’est le coût abordable de la technologie», a déclaré Steve Gilligan, vice-président du marketing produit chez Navistar.

La Californie a dépensé 25 millions de dollars pour inciter les districts scolaires à remplacer les autobus scolaires conventionnels par des émissions à émissions faibles ou nulles. La California Energy Commission a également dépensé 75 millions de dollars.

Toutefois, la mise en œuvre et l’exploitation de bus électriques à batterie posent toujours problème, notamment en fournissant une infrastructure de recharge et en déterminant si les bus seront chargés en roulant ou en stationnement, dans les dépôts de recharge centraux. «C’est différent de mettre un réservoir de carburant et de remplir un bus diesel. Les compagnies d’électricité doivent également en apprendre davantage sur les sociétés de transport en commun pour comprendre non seulement les besoins en énergie, mais aussi les structures tarifaires », a déclaré M. Hiott.

One Response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.