A (RE)VOIR Actu

La France dispose désormais d’un cadre réglementaire pour le transport automatisé

De quel transport parle-t-on quand on évoque un transport automatisé ? S’agit-il d’un transport autonome ? Dans un communiqué, Clément Beaune, le nouveau ministre délégué chargé des transports, salue la dernière avancée réglementaire qui hisse la France à la première position en Europe en matière de transport routier automatisé. Un arrêté publié le 26 août vient compléter le cadre réglementaire pour assurer le déploiement des services transports automatisés.

Ce cadre, prévu par la Loi d’orientation des mobilités de décembre 2019, concerne pour l’heure davantage le transport de personnes : automobile et navette de voyageurs. Les principales expérimentations françaises de camions (marchandises) automatisés n’ayant pas abouti pour l’instant bien qu’il existe des projets.

« La réglementation française mise en place ces dernières années grâce aux nombreuses expérimentations menées prévoit notamment une procédure permettant de s’assurer que les véhicules, les parcours utilisés, le système d’exploitation et les compétences des personnels chargés de la supervision répondent aux exigences de sécurité » indique le ministère des transports.

Elle est complèté par le règlement européen qui définit les procédures et les spécifications techniques pour l’homologation des véhicules équipés d’un système de conduite automatisé. Il est censé harmoniser les pratiques entre les États membres et s’assure notamment que les exigences de sécurité s’appliquent de façon cohérente. Il entrera en vigueur le 15 septembre prochain.

Clément Beaune, ministre délégué chargé des transports, souligne que « ces développements ont été rendus possibles par l’ambition française, inscrite dans sa stratégie nationale, de faire de la France et de l’Europe les pionniers du développement de la mobilité routière automatisée, connectée, sûre et propre. »

« Cette stratégie de long-terme, qui mobilise de très nombreux acteurs institutionnels, économiques et de la société civile sous l’animation d’Anne-Marie Idrac, sera confortée et mise à jour dans les semaines qui viennent, pour entrer pleinement dans une phase de déploiement de navettes autonomes, au service de tous les territoires » conclut-il.

La France sera-t-elle aussi pionnière en matière de transport de marchandises automatisé-autonome ? Rien n’est vraiment sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.