Actu

La pénurie de routiers entraîne une hausse des salaires aux Etats-Unis

Selon une étude publiée par l’American Trucking Associations (ATA), la pénurie de routiers qui touche aussi fortement les Etats-Unis a eu pour conséquence une hausse non négligeable estimée à 10,9% des salaires. Elle a été plus forte pour les conducteurs autonomes. Mais cette augmentation salariale a un coût pour les entreprises qui ont du mal à le répercuter sur le client. Elle arrive même à diviser les transporteurs.

Il s’agit d’une grande étude puisqu’elle a été réalisée auprès de quelques 135 000 conducteurs salariés et 20 000 conducteurs indépendants à travers les Etats-Unis.

Tout comme les transporteurs européens, les entreprises de transport outre-Atlantique peinent à recruter de la main d’œuvre roulante. Certaines n’hésitent pas à augmenter sensiblement les rémunérations soit pour retenir leurs salariés soit pour attirer de nouveaux conducteurs.

« Les données viennent confirmer ce que des sources de l’industrie disaient depuis un moment déjà, la pénurie de chauffeurs a été très avantageuse pour les camionneurs qui ont vu leurs salaires augmenter l’an dernier », constate Bob Costello de l’ATA.

Le salaire médian a dépassé les 69 700 dollars annuels (69 564€), soit 18 % qu’il y a un an. La plupart des transporteurs ont augmenté en moyenne les salaires de 10,9% pour les conducteurs longue distance. Les conducteurs autonomes ont obtenu des revenus bruts médians de 164 000 à 235 000 dollars (163 729 à 234 612€).

La forte augmentation de la rémunération est apparue alors que la demande de transport de marchandises augmentait dans l’économie américaine, les détaillants se précipitant pour reconstituer les stocks qui se sont épuisés au début de la pandémie et les fabricants se précipitant pour apporter des pièces et des matières premières pour rétablir la production qui avait été ralentie ou réduite, commentent les auteurs de l’étude.

Walmart qui possède l’un des plus importants parcs poids lourds aux US a proposé des salaires allant jusqu’à 110 000 dollars (109 818€) l’an dernier dans le but de “maintenir la chaîne d’approvisionnement de ses magasins.”

L’étude révèle par ailleurs que 90 % des flottes ont offert des primes et des avantages sociaux aux nouveaux chauffeurs, 54 % à la signature d’embauche. Des bonus de parrainage pour les conducteurs qui réussissaient à faire embaucher des proches ont atteint les 1 150 dollars (1 148€).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.