Actu

La tension internationale impacte le transport maritime

Le trafic de marchandises ayant transité dans les principaux ports français stagne au premier trimestre, augmentant seulement de 1%. 73 094 milliers de tonnes sont passés par les différents sites. Le trafic des vracs solides est en nette baisse (- 6,5 %) et celui des marchandises conteneurisées stagne.

Sur la même période, le trafic de marchandises entrant progresse (+ 2,8 %), entièrement porté par le vrac liquide. Il baisse pour les autres types de conditionnement dans un contexte de hausse du prix des énergies fossiles et de début du conflit Ukraine-Russie fin février 2022.

Le trafic sortant quant à lui diminue (- 2,4 %), du en grande partie à la forte baisse des vracs solides sortant (- 11,8 %). Le trafic des vracs liquides sortant est en légère hausse (+ 0,6 %).

Au premier trimestre 2022, le trafic total de marchandises est en hausse sensible pour Nantes-Saint-Nazaire (+ 27,4 % avec un volume de 6 363 milliers de tonnes), Marseille (+ 4,5 % avec un volume de 19 514 milliers de tonnes), et Dunkerque (+2,9 % avec un volume de 12 505 milliers de tonnes).

Le trafic est en baisse pour les ports de Bordeaux (- 15,6 % avec un volume de 1 529 milliers de tonnes), Haropa (- 5,9 % avec un volume de 21 274 milliers de tonnes) et dans une moindre mesure pour les ports de Calais (- 2,1 % avec un volume de 9 572 milliers de tonnes) et La Rochelle (- 0,9 % avec un volume de 2 338 milliers de tonnes).

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.