Camion autonome

L’administration Trump soutient le camion autonome

C’est lors du dernier CES de Las Vegas la semaine dernière que Elaine Chao, la secrétaire américaine aux Transports, a déclaré que son gouvernement soutenait le véhicule autonome qu’il soit dédié au particulier ou au commercial.

L’administration Trump s’est donc exprimée pour la première fois officiellement pour des initiatives en faveur des véhicules autonomes. La secrétaire aux transports a fait référence en réalité au rapport publié par le National Science and Technology Council et le Department of Transportation décrivant les objectifs et les stratégies de l’administration Trump pour garantir que le gouvernement américain et les entreprises atteignent et détiennent un rôle de leader dans la course mondiale aux véhicules autonomes, le camion en fait partie.

Le rapport insiste sur un objectif prioritaire : protéger les utilisateurs et les communautés à mesure que de nouveaux systèmes de véhicules se mettent en ligne. Pour ce faire, le rapport met l’accent sur les politiques suivantes : assurer la confidentialité et la sécurité des données ou encore mettre l’accent sur la sécurité et la cybersécurité.

A lire aussi : Les poids lourds autonomes à l’honneur au CES 2020 de Las Vegas

Concernant le secteur du transport de marchandises, le rapport reprenant le point de vue du gouvernement précise que « les véhicules autonomes ont le potentiel de transporter en toute sécurité des marchandises sur de longues distances, ce qui pourrait réduire les temps de transport longue distance et améliorer l’efficacité de la gestion de la chaîne d’approvisionnement ». L’administration Trump se dit favorable au platooning (peloton) « qui peut réduire les coûts énergétiques ».

Le gouvernement a ordonné à la Federal Highway Administration de poursuivre plusieurs initiatives, dont l’étude de différents scénarios routiers et de conduite automatisée en mettant l’accent sur les données et les systèmes. Il préconise aussi d’analyser l’impact des véhicules connectés et automatisés sur le réseau routier, y compris de développer de nouveaux algorithmes de simulation du trafic.

On le voit : les Etats-Unis ne souhaitent pas être en retard sur le marché des véhicules autonomes de passagers et de marchandises, il n’est pas question de prendre du retard sur la Chine qui s’apprête cette année à mettre en exploitation (et non plus en expérimentation) des camions autonomes. A suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *