Actu

L’AFT a dépassé son objectif de 100 000 personnes informées et orientées

En 2018, l’AFT a dépassé son objectif de 100 000 personnes informées et orientées vers les métiers du transport et de la logistique. A l’issue de l’assemblée générale de l’association hier à Paris, Jean-Paul Deneuville, son président délégué général, a déclaré qu’il fallait « impérativement travailler sur l’âge légal du permis de conduire poids lourds » comme l’une des solutions à la pénurie de conducteurs routiers.

« L’AFT a intensifié les actions et a atteint 140 000 personnes en 2018. Notre objectif d’ici la fin de l’année est de 190 000. Nous espérons l’atteindre grâce à des moyens modernes » a déclaré Jean-Paul Deneuville. « Quand on parle de recrutement, il faut essayer de comprendre pourquoi le secteur du transport et de la logistique est à un niveau de surtension ». Le … de l’association a abordé l’étude réalisée auprès de … qui faut apparaître un âge moyen de 26 ans et 4 mois. « Nous avons du mal à comprendre cet âge moyen » a souligné Jean-Paul Deneuville, « l’âge légal reste un handicap. Il faut impérativement travailler sur l’âge du permis et plus sur l’âge de l’apprentissage de la conduite. »

Sur les 140 000 sensibilisés, 32 000 l’ont été lors de réunions collectives et 98 000 via le site Choisis-ton-avenir.com. 4 500 lors d’entretiens individuels. Par ailleurs, l’AFT a cofinancé la formation professionnelle et plus particulièrement celle de conduite routière. En 2018, le montant de la Ressource Affectée par la loi à l’AFT s’est élevé à 63 116 K€ contre 62 718 K€ en 2017.

L’AFT a fait savoir qu’elle allait proposer plusieurs pistes de réflexion afin de palier au manque de main d’œuvre. « Nous allons proposer entre autres de rationaliser les formations, les rendre plus courtes et de passer aussi le permis en même temps que la FIMO » a déclaré Jean-Paul Deneuville devant les journalistes lors d’un point presse. Ce dernier a rappelé que 250 millions d’euros sont consacrés à la formation des conducteurs routiers en France. Ces propositions devraient être adressées à l’Elysée, Matignon, au ministère du travail et celui des transports ainsi qu’à des organismes comme Pôle Emploi.

L’AFT a par ailleurs cofinancé 44 385 formations initiales d’accès au métier de conducteur routier (39 330 en 2017).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *