Articles 18H

L’Allemagne va tripler le nombre de stations hydrogène poids lourds

Hy24, le fonds spécialisé dans l’hydrogène décarboné, a annoncé au printemps qu’il s’apprête à investir 110 millions d’euros pour compléter le réseau de stations d’hydrogène pour poids lourds et autobus. Il devrait passer ainsi de 90 à 300 stations d’ici 2030. Pour l’heure, elles concerneront principalement le transport de voyageurs, l’offre camions hydrogène étant quasi-inexistante.

L’Allemagne devrait ainsi confirmer son réseau le plus dense en Europe en triplant le nombre de ses stations. Pour le principal investisseur de l’opération, le fonds spécialisé dans l’hydrogène Hy24, « ceci devrait permettre d’accompagner le déploiement des flottes commerciales bas carbone en Europe, c’est-à-dire des camions, bus longue distance ou autres transports lourds ou intensifs qui auront besoin d’hydrogène pour remplacer les carburants fossiles responsables du réchauffement climatique. »

Les batteries des moteurs électriques remplaçant les moteurs thermiques des véhicules légers ne sont à ce jour pas jugées assez puissantes pour assurer la transition énergétique des poids lourds qui nécessitent des temps de charge rapides et des autonomies élevées.

« L’Allemagne a développé une vision hydrogène très intégrée depuis très longtemps (…) et il y a déjà un bon maillage de stations dans le réseau national développé depuis 2013, a indiqué Pierre-Etienne Franc, directeur-général de Hy24. « Notre investissement va permettre d’augmenter la capacité de charge de certaines stations, qui seront adaptées à des camions ou bus longue distance, d’en développer de nouvelles en Allemagne, mais aussi en Autriche, Suisse, et dans les zones frontalières ». L’hydrogène décarboné sera soit «bleu», c’est-à-dire avec un processus de fabrication où le CO2 émis est stocké, ou «vert», c’est-à-dire produit par électrolyse de l’eau à partir d’électricité renouvelable, photovoltaïque, éolienne ou hydro-électrique.

Hy24, le fonds spécialisé dans l’hydrogène décarboné créé en 2021 par les industriels français Air Liquide, TotalEnergies et Vinci en lien avec le fonds Ardian, en vue de développer les infrastructures liées à l’hydrogène partout dans le monde, va investir 70 millions d’euros dans la société H2 Mobility qui gère le réseau allemand de stations. Il deviendra ainsi l’actionnaire de référence du projet avec autour de 40% du capital.

Les actionnaires historiques de H2 Mobility – les industriels du gaz, de l’automobile et de l’énergie Daimler Truck, Hyundai, Air Liquide, Linde, OMV, Shell et TotalEnergies – vont aussi de leur côté investir collectivement quelque 40 millions d’euros dans le même projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.