Equipementiers

Lancement de Texaco Delo 600 ADF

Texaco lance Delo 600 ADF, une nouvelle gamme de produits à la technologie d’additifs révolutionnaire. Elle a été conçue pour réduire considérablement l’obstruction du filtre à particules, prolongeant ainsi sa durée de vie jusqu’à deux fois et demie, pour une préservation des économies de carburant 3 % supérieure tout au long de la durée de vie de l’équipement.

Avec OMNIMAX™, une technologie brevetée de Chevron, Texaco Delo 600 ADF est la première huile moteur pour véhicules industriels capable de radicalement réduire la formation de suie dans les filtres à particules, ce qui contribue à assurer une protection exceptionnelle du moteur et du système de contrôle des émissions.

Utilisable dans les applications sur et hors routes, la gamme Texaco Delo 600 ADF avec la technologie OMNIMAX™ brevetée est formulée avec seulement 0,4 % de cendres sulfatées, soit une valeur bien inférieure aux limites API et ACEA de 1 % de cendres sulfatées, que l’on peut trouver dans les nombreuses huiles moteur actuelles pour véhicules industriels.

Cette nouvelle gamme de produits et cette nouvelle technologie d’additifs contribuent à radicalement réduire le taux d’obstruction du filtre à particules, lui offrant ainsi une plus longue durée de vie, des cycles de régénération moins fréquents et une économie de carburant 3 % supérieure, tout au long de la durée de vie de l’équipement.

Un développement de la technologie poussé par les réglementations en matière d’émissions

Le développement de la gamme Texaco Delo 600 ADF résulte d’un désir de contribuer à s’assurer que les clients sont en mesure d’atteindre les coûts de fonctionnement les plus bas possibles et de respecter les réglementations en matière d’émissions, pour les applications hors route.

Les normes européennes Stage I pour les moteurs utilisés dans les engins mobiles hors route (EMNR) ont été appliquées en 1999. Au fil des années, les exigences en matière de NOx et de particules sont devenues de plus en plus strictes, ce qui a contribué à rendre les équipements beaucoup plus propres.  Alors que les normes Stage III et Stage IV ont entraîné un usage limité des filtres à particules, la norme Stage V a finalement conduit à une adoption généralisée des FAP, qui peuvent être très efficaces pour réduire les émissions de particules, mais qui doivent être régulièrement nettoyés afin de retirer les éléments incombustibles qui s’accumulent au fil du temps.

Rommel Atienza, Responsable Monde de la marque commerciale Chevron, déclare : « L’inconvénient des filtres à particules est que leur fonctionnement, par nature, augmente la consommation de carburant, afin de veiller à ce que suffisamment de chaleur soit générée pour brûler la suie accumulée. Cela a un coût, qui n’inclut pas uniquement le coût initial associé à ces dispositifs et aux nombreux capteurs et unités de dosage qui l’activent, mais également les coûts réguliers de fonctionnement et de maintenance. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *