Économie

Le chinois Geely se rapproche de Daimler par les airs

Déjà propriétaire de Volvo, le chinois Geely a trouvé le moyen astucieux de se rapprocher de l’allemand Daimler. Il vient d’annoncer son entrée dans le capital du fabricant de taxis volants Volocopter principalement détenu par le constructeur automobile Daimler et le géant de l’informatique Intel. Geely a fait parler de lui dernièrement étant préssenti pour racheter le constructeur de poids lourds Iveco.

Le fabricant allemand de taxi volants Volocopter a annoncé hier avoir levé cinquante millions d’euros auprès d’investisseurs, dont le constructeur automobile Geely, un financement qui risque de relancer le débat sur les investissements chinois dans l’industrie automobile et transport dans l’UE.

Ces fonds «seront utilisés pour lancer d’ici trois ans la commercialisation de l’engin aérien VoloCity», a déclaré Volocopter dans un communiqué. Sur ce marché en devenir, des petits acteurs, dont les allemands Volocopter et Lilium, se frottent aux grands de l’aéronautique, tels qu’Airbus ou Safran, et des technologies, comme Uber. La start-up allemande affirme que son prototype peut parcourir trente-cinq kilomètres de distance en trente minutes, avec une vitesse de pointe pouvant atteindre 110 km/h. Il est doté de neuf batteries lithium-ion qui alimentent chacune deux rotors (dix-huit en tout). La participation de Geely dans Volocopter représenterait environ 10% du capital de l’entreprise, affirme lundi le Financial Times.

Geely veut par ce biais franchir une étape dans son «expansion dans l’électrification et les nouveaux services de mobilité», selon son président Li Shufu. Volocopter, créé en 2011 et basé au sud de Francfort, est principalement détenu par le constructeur automobile Daimler et le géant de l’informatique Intel.

Daimler relativise de son côté l’influence de Geely, déjà propriétaire par ailleurs du constructeur suédois Volvo. «Nous sommes ravis de voir nos partenaires chez Geely investir dans Volocopter et devenir actionnaires comme nous le sommes depuis 2017», a déclaré Ola Källenius, président de Daimler depuis mai. Geely était par ailleurs sur la liste des repreneurs potentiels du constructeur de poids lourds Iveco dont la maison mère CNH Industrial a isolé en créant une société cotée.

(avec agences)

Lire aussi :

EDITO de Hervé Rébillon : Constructeurs : Isoler pour mieux vendre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *