Actu

Le décès de René Petit

René Petit, ancien président de la FNTR (dont il était encore administrateur), est décédé dans la nuit de lundi à mardi. Agé de 71 ans, celui qui a participé à la vie du secteur du transport routier français était aussi président de Klesia, vice-président de la Carcept et du Fonds du Haut Degré de Solidarité.

Pendant 14 ans, il aura présidé la Fédération Nationale des Transports Routiers. Ces « deux septennats », comme il aimait les appeler avec humour, auront marqué l’histoire du Transport routier en France.

« Très estimé par les professionnels et les partenaires de la Fédération, René Petit savait faire preuve d’un grand sens de l’écoute et de la diplomatie. Homme de convictions, sa détermination et son calme étaient salués de tous. La nouvelle de son décès nous plonge dans un immense chagrin et toutes nos pensées vont à son épouse, ses enfants et ses petits-enfants » explique Jean-Christophe PIC, Président de la FNTR.

Né en 1948, et après avoir été diplômé de l’École supérieure de commerce de Paris (ESCP), René Petit débute sa carrière dans le transport routier en 1973 pour prêter main forte à son beau-père. Ce qui devait être une étape provisoire en deviendra toute sa vie. Côté syndical, il fait ses premières armes dans le département du Nord dont il a présidé le Club des Jeunes Entrepreneurs puis le Syndicat lui-même à partir de 1982.

Mais le véritable tournant, c’est 1984 et le conflit dans la vallée de la Maurienne qui bloque la France pendant une semaine. C’est là qu’il s’engage aux côtés du Président Maurice Voiron pour l’épauler dans la crise. Ce dernier en fera son successeur et c’est en 1989 qu’il prendra la tête de la FNTR et fera de sa présidence un exemple d’engagement professionnel.

Les années 90 ont été parmi les plus dures pour la profession qui a connu 5 grandes luttes : de la lutte contre le permis à points à celle contre la hausse des taxes sur le gasoil, en passant par l’adaptation des 35 heures. A chaque fois, il répondait présent pour négocier avec les gouvernements successifs. Souvent de nuit, et parfois plusieurs nuits de suite. En décembre 1996, il passa 5 jours éveillé dans la négociation du Congé de Fin d’Activité. En 2001, il fut encore réélu par ses pairs à plus de 99% des voix.

Deux ans plus tard, il quitte ses fonctions et est remplacé par un quatuor de coprésidents à la tête de la FNTR et prend la direction de Novatrans, l’opérateur de transport combiné rail-route. Une nomination qui s’inscrit dans la logique de ses convictions puisqu’il a été l’artisan du premier rapprochement entre les acteurs du rail et ceux de la route avec la création du comité consultatif rail-route.

René Petit a occupé de très nombreuses fonctions dans les différents organismes de la Profession (CNR, etc.) et représentait toujours la FNTR au sein de l’AFT et de la CARCEPT PREV. Plus récemment, il avait également pris la Présidence du Conseil des Métiers de l’OPCO.

(avec FNTR)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *