Actu

Le Maire annonce 50 millions pour l’automobile et rien pour le Véhicule industriel

On n’a du mal parfois à comprendre la logique du gouvernement. Alors que Jean-Baptiste Djebbari annonce l’élaboration d’un contrat de transition énergétique pour le transport routier, Bruno Le Maire, le ministre des Finances, a annoncé hier lors des Journées de la Filière Automobile (PFA) la création de deux fonds dotés de 25 millions d’euros chacun pour aider les sous-traitants en difficulté de la filière automobile française. Et rien pour le Véhicule Industriel pourtant lui aussi fortement exposé.

Un premier fonds servira à “accompagner la transformation écologique de la filière”, en aidant les sous-traitants à “identifier les meilleures opportunités de diversification et investir dans de nouvelles lignes de production”, a expliqué le ministre. Un deuxième fonds, doté comme le premier de 25 millions d’euros, servira à des garanties de prêts.

Bruno Le Maire souhaite par ailleurs donner de la visibilité à la filière automobile sur l’avenir du bonus écologique, actuellement fixé à 6 000 euros pour l’achat d’une voiture électrique neuve. La ministre de la Transition écologique et solidaire “Elisabeth Borne annoncera très prochainement le calendrier des primes qui seront versées pour les véhicules électriques sur un temps long”, a déclaré M. Le Maire. Mais, là encore, aucune précision sur les véhicules industriels et urbains (utilitaires et poids lourds propres).

Comment un contrat de transition énergétique peut-il être lancé sans aucune concertation avec les acteurs de la filière camions. Car, pour l’heure, seules les fédérations du transport routier ont été consultées. Elles ont été reçues jeudi dernier par le secrétaire d’Etat aux transports.

Pourtant, la filière du véhicule industriel et urbain souffre aussi de la mutation du secteur. Avec l’arrivée d’utilitaires ou de camions propres (électriques, gaz), certains métiers viennent à disparaître, d’autres à évoluer. Et les constructeurs comme les équipementiers peinent à passer au mix énergétique. Aucun accompagnement n’a été proposé par le gouvernement pour venir aider financièrement les constructeurs de poids lourds et les équipementiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *