A (RE)VOIR Camions

Le mode zéro émission étendu pour les nouveaux camions hybrides Scania

L’hybridation série proposée par Scania franchit un nouveau cap avec l’accroissement de la puissance du moteur électrique, désormais portée à 230kW. L’autonomie des hybrides rechargeables annoncée atteindrait les 60 km.

Scania fait décidément feux de tout bois. Voici l’annonce des dernières évolutions en matière d’hybridation avec des autonomies revendiquées allant jusqu’à 60km avec les hybrides rechargeables. Le cœur de cette évolution est la boîte robotisée à 6 rapports dotée d’une hybridation parallèle intégrant l’unité GE281 qui comprend deux moteurs électriques. Ceux-ci développent 2100Nm de couple et 230kW de puissance continue (290kW en crête). Avec ces valeurs élevées, Scania propose d’y associer des moteurs thermiques de plus petite cylindrée (les moteurs DC07 de 7 litres 6 cylindres ou DC09 de 9 litres 5 cylindres déjà connus dans la gamme).

L’autonomie, en version hybride rechargeable serait de 60 km mais il est possible de rétablir l’autonomie électrique en roulant (en 30 minutes). La capacité de batteries en version rechargeable PHEV est de 90kWh (répartis en 3 packs de 30kWh). Avec un chargeur externe en courant continu sous 95kW, la charge complète se ferait en 35 minutes. La version hybride simple HEV se contente d’un seul pack de 30kWh.

Cette chaîne de traction hybride est conçue, selon Scania, pour les applications régionales (distribution fret sec ou sous température dirigée) ou urbaines « lourdes » jusqu’à 36 t de PTAC technique (malaxeur à béton par exemple). S’agissant d’une hybridation parallèle, le moteur électrique assiste le moteur thermique lors des accélérations et sert à la récupération d’énergie à la décélération ou lors des ralentissements. En usage urbain, Scania revendique une baisse de consommation de carburant de 40% par rapport aux motorisations purement thermiques. Ultime atout : la prise de mouvement sur la boîte de vitesses peut être utilisée pour entraîner les équipements de la carrosserie, ce qui permet de se passer du moteur thermique en usage stationnaire.

Originalité : la boîte se passe de tout embrayage. C’est un train planétaire épicycloïdal qui assure les changements de rapports. Une architecture mécanique bien connue dans les boîtes automatiques.

Le roulage zéro émission peut être programmé ou suivi via la fonctionnalité télématique Scania Zone. Mais est-ce que cela sera suffisant pour convaincre les gardien.nne.s du temple des ZFE françaises ?

Fredrik Allard vice-président et responsable de la mobilité électrique chez Scania Sales & Marketing ne s’en cache pas : « Nous sommes convaincus que ces types de camions seront remplacés à terme par des véhicules électriques à batteries. Mais tant que des autonomies importantes en mode électrique et que des infrastructures de recharge appropriées ne sont pas disponibles sur tous les marchés, il y aura certainement un créneau pour les hybrides au cours de cette décennie. » La bonne nouvelle concerne la charge utile de ces variantes hybrides : 250kg de gain (tolérance de 1000kg réglementaire moins les 750kg de la chaîne de traction hybride).

Un Scania P 320 PHEV 4×2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.