Actu

Le parc roulant de poids lourds stagne depuis 10 ans

Le parc roulant français s’est accru de 2 millions de véhicules depuis 2008 (+ 6,3 %) sur un total de 4,3 millions de véhicules. Et contrairement aux idées reçues, il n’y a pas plus de poids lourds qu’il y a 10 ans. 593 000 camions étaient immatriculés en 2019. C’est ce qui ressort du nouveau Data Lab Transport publié par le ministère de la Transition écologique.

Les véhicules lourds tout segment ont connu en 2019 une hausse de 20 000 véhicules sur un total de 686 000 véhicules en circulation. Le parc a augmenté de 2,9% pour les poids lourds et de 5,9% pour les bus et cars. Mais globalement le nombre de camions est resté quasi-stable en 10 ans.

En 2019, 373,3 milliards de tonnes-kilomètres de marchandises ont été transportées sur le territoire français métropolitain. La part de la route reste majoritaire : 89,0% des marchandises transitent par la route et seulement 9% par le ferroviaire.

Le transport routier intérieur de marchandises, mesuré en tonnes- kilomètres parcourues en France métropolitaine, accélère : il augmente de 2,8 % sur un an, après + 1,2 % en 2018. Il est passé d’environ 314 milliards de tonnes-kilomètres en 2018 à 322 milliards en 2019 (données provisoires).

Au sein du pavillon français, le transport national pour compte d’autrui des véhicules de plus de 3,5 tonnes de poids total autorisé en charge s’accroît de près de 5 % en deux ans (+ 2,1 % en 2018, puis + 2,9 % en 2019), alors que le transport pour compte propre diminue de 1,0 %. Pour sa partie intérieure, le transport international du pavillon français recule de 8,8 % sur deux ans. Les véhicules utilitaires légers (VUL) de 3,5 tonnes ou moins affichent, quant à eux, une hausse de 4,3 % entre 2017 et 2019.

L’activité du pavillon étranger a été un peu plus dynamique sur la même période (+ 4,5 % entre 2017 et 2019). Elle se situe à 128,8 milliards de tonnes- kilomètres, ce qui représente 40 % du transport routier intérieur de marchandises en 2019.

Source : ministère de la Transition écologique/ Data Lab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *