Actu

Le service fret de Ouibus qui irrite la profession

Depuis quelques jours, vous pouvez confier un colis à un voyageur d’un autocar Ouibus. La société propose ce service de « transport de marchandises » depuis le début avril. Ce service développé en partenariat avec la start-up française Cocolis (covoiturage de colis en France) ne plait pas aux transporteurs routiers. Certaines fédérations n’excluent pas de hausser le ton.

Le principe. N’importe quel utilisateur d’un des cars de Ouibus peut, s’il le souhaite, transporter un colis en échange d’un dédommagement et d’un bon d’achat pour un prochain voyage (5 euros). La rémunération (on parle bien d’une rémunération du porteur) peut varier entre 5 euros pour un Bordeaux-Toulouse et 25 euros pour un Londres-Paris.

En quelque sorte, Ouibus se transforme non plus en entreprise de transport de voyageurs mais en entreprise de transport de marchandises. Or, Ouibus a une capacité de transport de personnes et non une capacité de transport de marchandises. C’est ce que lui reproche la profession. Mais Ouibus en permettant d’acheminer des colis d’un poids limité (rien à voir avec le poids d’une palette) va-t-il réellement faire de l’ombre aux transporteurs ? Ne risque-t-il pas plutôt de concurrencer la messagerie ou encore La Poste (avec qui sa maison mère la SNCF a passé un accord de partenariat) ?

Ouibus fait voyager près de 4 millions de voyageurs sur ses autocars sur plus de 300 destinations. Autant de possibilités de transport de colis en tout genre.

3 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.