Camions

Le Volvo électrique urbain dévoilé à l’IFAT de Munich en mai

C’est, en amont du salon IAA de Hanovre, à l’IFAT mi mai à Munich que sera finalement dévoilé le Volvo 100% électrique urbain. Tout comme le futur électrique urbain de Renault Trucks (lancé probablement à Pollutec en novembre), le Volvo électrique sera produit en série à l’usine de Blainville-sur-Orne (Calvados). Les premières livraisons du nouveau véhicule devraient être réalisées début 2019.

Le camion équipé d’une transmission intégrale électrique sera destiné au transport régional et urbain. Comme nous vous l’indiquions dans un précédent article, le constructeur suédois s’appuiera sur sa technologie et son savoir-faire en électro-mobilité éprouvés sur les 3 500 autobus électriques déjà commercialisés. Trois prototypes dont les batteries seront fournies par le sud-coréen Samsung SDI seront testés cette année par des clients.

Le constructeur présentera à l’IFAT pas moins de six camions dont un FH 4×2 GNL (régional et longue distance des émissions de CO2 inférieures de 20 à 100%), d’un FE CNG (pour le transport de déchets) doté d’une cabine avec entrée basse (seulement de 530 mm) et d’un plancher entièrement plat, et enfin, un Volvo FH 6×4 avec essieu tandem.

 

One Response

  1. Je suis péquiste. Je ne le nie pas. Cela dit, je vous invite à vérifier les chiffres plutôt que de vous fier à moi. Toutes les sources sont en bas du texte. Quant à la CAQ, il serait bien difficile de parler de ce que ce parti propose comme grand plan de transport collectif puisque ce parti n”a rien proposé à date. Quant à l”électrification des transports et la CAQ, je vais citer Mme Chantal Soucy qui disait ceci des bornes et des voitures électriques en 2016: “Pour la Coalition Avenir Québec (CAQ), le réseau de bornes de recharge de véhicules électriques d’Hydro-Québec demeurera sous-utilisé au cours des prochaines années puisque ces objectifs du gouvernement demeurent flous et irréalisables. «Le plan du gouvernement demeure tout simplement irréaliste. Les véhicules électriques ne se vendent pas parce que les prix sont trop élevés et inaccessibles. Les Québécois ont d’autres priorités», a commenté la députée caquiste, Chantal Soucy.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.