Actu

Le voyage en Slovénie d’Elisabeth Borne qui agace les cheminots

Depuis hier, la ministre chargée des transports, Elisabeth Borne, est en déplacement en Slovénie aux « Journées du Réseau Transeuropéen de Transport – RTE-T », organisées par la Commission européenne. Un voyage qui n’est pas du goût des cheminots qui y voient une provocation, selon nos informations. « Que va faire la ministre de tutelle alors que le transport est sous tension en France ? » se demandent les grèvistes qui ne décolèrent pas.

Son cabinet nous indique que la ministre est allée « poursuivre le dialogue avec ses homologues européens autour des négociations du paquet mobilité. » Elisabeth Borne devrait s’entretenir dans la journée avec la plupart des onze ministres européens des Transports à l’occasion de son déplacement, et, dans le cadre de la préparation du Conseil des Ministres des Transports qui aura lieu le 7 juin prochain.

Durant ce déplacement de deux jours, elle aura l’occasion de rappeler la vision portée par la France, avec les membres de l’Alliance du routier, consistant à lutter résolument contre la concurrence déloyale et à appliquer le principe « à travail égal, salaire égal », précise le ministère.

La ministre des transports privilégierait-elle davantage le transport routier que le ferroviaire puisque ces « Journées du Réseau Transeuropéen de Transport – RTE-T » portent largement sur ce mode de transport même si certains points concernent le rail. N’est-ce pas mettre de l’huile sur le feu ? Selon nos informations, des syndicats s’apprêteraient à interpeller Elisabeth Borne n’acceptant pas ce déplacement en plein mouvement SNCF.

Ce voyage de travail en Slovénie tombe mal alors que les syndicats de cheminots ont demandé de ne plus négocier avec la ministre des transports. Les partenaires sociaux ont annoncé un rassemblement le 3 mai partout en France. Ils menacent également de mettre l’entreprise ferroviaire à l’arrêt le 14 mai, avec une journée «sans cheminot», s’ils n’obtiennent pas satisfaction lors de leur rencontre avec le premier ministre le 7 mai prochain.

Hervé Rébillon

rebillon@trm24.fr

One Response

  1. il faudrait savoir ce que veulent les grévistes: ils ne veulent plus discuter avec Mme Borne, mais refusent qu’elle discute avec d’autre pays
    Elle est pourtant libre de son agendas! !
    les gréviste de la SNCF se prennent pour le nombril du monde Mord de rire!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.