Actu

L’édition 2022 Faits et chiffres de l’URF publiée

L’édition 2022 de « Faits et chiffres – Statistiques des mobilités en France et en Europe » publié par l’Union Routière de France (URF) est parue. Il en ressort une baisse sensible des dépenses pour la route et une part encore « marginale » des véhicules électriques malgré la mise en avant de cette énergie par les constructeurs automobile et VI.

C’est désormais une tradition : l’URF publie en fin d’année son rapport qui s’appuie sur des données collectées exclusivement auprès d’organismes nationaux et internationaux de référence. L’édition 2022 enregistre les impacts de la crise sanitaire sur l’activité économique. Toutes les mobilités en ont été particulièrement affectées comme l’indique de nombreuses données.

Le rapport 2022 permet de faire le bilan des véhicules zéro émission. « La part des motorisations électriques demeure aujourd’hui relativement marginale dans le parc automobile français et cette situation devrait sans doute, se maintenir dans les prochaines années » précise Thierry Archambault, le nouveau président de l’URF.

En 2020, on retrouve les effets de la crise sanitaire avec une baisse importante de la circulation automobile alors que celle des véhicules utilitaires (poids lourds) est restée stable. En 2021, la circulation remonte mais à un niveau inférieur de près de 9% à celui de 2019.

Concernant les nouvelles mobilités : « le bilan de la sécurité routière 2021 nous alerte sur l’accroissement de l’accidentalité liée aux nouvelles mobilités : notamment sur la mortalité des cyclistes qui s’est accrue de 27 % en un an » souligne le président.

On notera par ailleurs un bond des délivrances de permis Poids lourd en France : passant de 42 000 en 2019 à 55 000 en 2021. Le parc total de VI est pratiquement stationnaire depuis trente-cinq ans. Sa structure (répartition entre tracteurs routiers et camions et entre les différents PTAC) est stable depuis quelques années.

Une large part est consacrée comme à chaque édition à la route et aux infrastructures avec un constat inquiétant : « au cours des dix dernières années, les dépenses pour la route ont baissé de 11 % pour ne plus représenter que 0,65 % du PIB en 2021 » précise le rapport. « La rénovation et l’entretien de nos routes doivent s’inscrire dans une logique de gestion patrimoniale de long terme. Il en est de même pour les ponts comme le rappelle un rapport du Sénat de juin 2022 : l’état de ce patrimoine est très inquiétant, avec au moins 25 000 ponts en mauvais état structurel. Le problème est particulièrement aigu pour les petites communes » tient à rappeler Thierry Archambault.

Téléchargez l’édition 2022 de FAITS & CHIFFRES publiée par l’URF

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.