Actu

Les chargeurs sondés sur la conjoncture du transport routier

Retour à l’équilibre

Dans leur enquête annuelle, l’Association des Utilisateurs de Transport de Fret et bp2r, interrogent les chargeurs sur l’activité du transport routier de marchandises. Il en ressort que le marché est revenu à une situation d’équilibre, et ce après trois années difficiles pour les chargeurs. Mais le coronavirus pourrait changer la donne.

L’enquête menée par bp2r auprès des transporteurs à la fin de l’année dernière montrait déjà un ralentissement de la croissance des volumes causée par une croissance économique en berne. La tendance se confirme côté donneurs d’ordres : 57% des chargeurs interrogés rapportent une hausse des volumes transportés alors qu’ils étaient 66% l’an dernier. Pour 2020, ils anticipent une tendance similaire et ne sont que 56% à compter sur une hausse de ces volumes.

Des difficultés capacitaires en large recul

Les difficultés capacitaires qu’ont connues les chargeurs en 2018 sont désormais largement résorbées. Alors que l’an dernier 65% des donneurs d’ordre interrogés considéraient que le marché du TRM était sous-capacitaire, ils ne sont plus que 35% désormais. Les répondants jugent que cet état devrait se maintenir en 2020. Si l’essoufflement de la croissance des volumes explique ce rééquilibrage, les entreprises ont aussi probablement mis en place des mesures de gain de productivité. Reste une véritable incertitude sur la résolution des causes profondes du déficit capacitaire et parmi elles, la pénurie de conducteurs. Attention, également, aux conséquences à court et moyen terme de l’épidémie de coronavirus.

Un impact limité sur la qualité de service

Contrairement à ce qu’on aurait pu croire, le rééquilibrage du marché n’a pas eu d’impact positif significatif sur la qualité de service. Par exemple, le taux de défaillance – reports ou annulations d’expéditions – se maintient à un niveau trop élevé à 5,03% (contre 5,18% l’an passé). Reste à déterminer pourquoi : il est possible que des changements de pratiques côté chargeurs en termes de prise de commande, avec des supply chains fonctionnant toujours davantage en flux tendu, soient en cause. Il faudra quoiqu’il en soit suivre cet indicateur avec attention.

Des conséquences logiques sur les tarifs

Conséquence notamment du rééquilibrage du marché, les chargeurs s’attendent à une hausse des tarifs de 1,14% contre 2,03% l’an passé et la tendance concerne tous les segments. Les chargeurs interrogés voient par ailleurs la situation financière de leurs prestataires sous un jour plus favorable, 53% la jugeant bonne ou très bonne contre 42% l’an dernier. Voilà qui devrait faire débat lors des négociations, les transporteurs interrogés fin 2019 par bp2r ne partageant manifestement pas cette analyse.

Une politique d’achat transport toujours qualitative

En dépit du rééquilibrage du marché en leur faveur, les chargeurs semblent vouloir poursuivre leurs efforts en faveur d’une politique d’achat de transport efficace à long-terme. Les répondants sont ainsi 23% à avoir réduit le nombre de leurs prestataires, 6 points de plus que l’an dernier. En creux, on peut interpréter cette réduction du nombre de prestataires comme une volonté non seulement de rationnaliser l’activité mais aussi de privilégier une coopération plus approfondie avec un pool restreint de partenaires.

En termes de critère d’achats la qualité de service demeure le critère d’achat numéro 1 des donneurs d’ordres, devant les tarifs. La politique RSE, si elle gagne en importance, demeure largement en retrait : il faut donc poursuivre la sensibilisation des donneurs d’ordres aux enjeux environnementaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.