Actu

Les eurodéputés élargissent le marché carbone au transport routier

Le Parlement européen a voté hier un nouveau compromis sur la réforme du marché du CO2 et une future taxe carbone aux frontières, deux semaines après avoir rejeté à la surprise générale ces textes clés du plan climatique de l’UE. Les eurodéputés, dans l’ensemble, approuvent son élargissement aux poids lourds, au secteur maritime, à l’aviation et aux immeubles de bureaux.

L’IRU se dit consternée par l’extension du système d’échange de quotas d’émission au transport routier par le Parlement européen.

« Nous sommes choqués de voir que, malgré l’approche constructive de l’industrie, la proposition peu pratique et hostile d’ENVI sur l’ETS II a finalement persuadé le Parlement européen d’aller à l’encontre du secteur du transport routier commercial », a déclaré Raluca Marian, directrice du plaidoyer auprès de l’UE à l’IRU. “Le secteur du transport routier est préoccupé par le risque très réel d’une base de coûts accrue, sans aucun retour et sans aucune chance réaliste de passer prochainement à des véhicules à zéro émission.”

L’IRU demande instamment une introduction progressive de l’ETS, alignée sur l’évolution de la technologie et de l’infrastructure de recharge ; l’évitement de la taxation/facturation multiple pour les émissions de CO2 ; le réinvestissement des revenus générés par l’ETS pour la route dans le secteur du transport routier pour l’aider à se décarboner ; et l’inclusion des usagers privés et commerciaux de la route.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.