Actu

Les péages en fonction des émissions du véhicule existent déjà en France

Alors que les associations de défense des automobilistes ont déclenché une polémique suite au projet de Bruxelles de surtaxer les véhicules les plus polluants aux péages, peu savent que certains axes français comme l’A63 ainsi que des tunnels appliquent déjà ce système pour les poids lourds. La proposition de Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, la députée européenne française, fait partie du rapport présenté dans le cadre de la révision de la directive Eurovignette dont nous vous avions déjà fait l’écho. Donc rien de nouveau.

Bruxelles planche sur cette directive visant, entre autres, à appliquer une surtaxe aux péages calculée en fonction des kilomètres parcourus et des émissions émises par le véhicule, le tout pour remplacer l’Eurovignette que paient actuellement les poids lourds. Cette euro-redevance pourrait entrer en vigueur dès 2021 pour les poids lourds et utilitaires et dès 2026 pour tous les utilisateurs de la route, véhicules légers et moto compris. En réalité, il s’agirait de généraliser le système qui existe déjà chez nous.

Contrairement à ce qu’ont annoncé certains grands médias français, le principe pollueur-payeur n’est pas nouveau dans l’hexagone. L’A63 et l’A150 par exemple utilisent un système de tarifs identique à ce que veut imposer Bruxelles aux Etats membres. Et les poids lourds sont concernés en premier lieu.

Les tarifs 2018 sur l’A63

Sur l’A63 entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne reliant Bordeaux à la frontière espagnole, les tarifs péages varient ainsi de 14 à 20,10 euros pour les poids lourds et autocars. Plus le véhicule est « propre » (Euro 6) moins il paie. Idem sur l’A150 (Seine-Maritime) entre Ecalles-Alix et Barentin. Les tarifs varient de 6 à 9,90 euros selon l’Euro du véhicule.

« Il faut remettre de l’égalité entre les différents modes de transports dans la participation au financement des infrastructures. Le transport routier est responsable de plus de 30% des émissions de gaz à effet de serre. Il est donc normal de mettre en place un système de pollueur-payeur», explique Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy. Faut-il rappeler à madame la député européenne que les camions paient déjà pour financer les infrastructures et que le système existe déjà en … France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.