Actu

Les syndicats reçoivent par écrit la confirmation de la pérennisation financière du CFA

C’est dans une lettre que Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux transports, a confirmé aux syndicats des salariés du transport routier que « l’Etat continuera, durant les trois prochaines années, à maintenir sa contribution financière au dispositif » du congé de fin d’activité. Il annonce par ailleurs une mission « qui apportera aux négociateurs un appui technique”. Dans un communiqué commun, FO Transport, la CFDT et la CFTC, se réjouissent de la « garantie d’existence et de financement jusqu’au 31 décembre 2020 du CFA » précisant que « l’Etat accompagnera les partenaires sociaux dans les négociations sur l’évolution du CFA et la mise en place d’un dispositif de gestion des fins de carrière. » Mais ils restent prudents.

« Le CFA est, à mes yeux, un sujet d’une grande importance pour l’équilibre social de la branche, ainsi qu’un moyen de reconnaissance de la pénibilité et de la spécificité de votre activité » écrit le secrétaire d’Etat dans la lettre adressée aux syndicats que TRM24 a pu lire mais il ajoute dans ce même courrier un détail important : « pour autant, dans le contexte de sa nécessaire modernisation, il est aujourd’hui essentiel que les partenaires sociaux engagent des négociations, comme ils s’y étaient engagés par le protocole du 19 avril 2017 ». En clair, ce n’est qu’une étape, il faudra négocier pour la suite. Que se passera-t-il le 1er janvier 2021 ?

Pour Patrice Clos, secrétaire général de FO Transports, ce n’est pas suffisant. En clair, il faut traiter le fond. Avec en premier lieu savoir si le CFA est un régime spécial.

Dans leur communiqué commun, les syndicats sans la CGT restent prudents rappelant que d’autres dossiers ne sont toujours pas réglés. « Les négociations sur le 13ème mois pour tous sont refusées depuis des années par les organisations patronales concernées alors qu’il est en place dans certains secteurs et de nombreuses entreprises » déclarent-ils ajoutant : « il est grand temps d’avoir pour notre profession un cap raisonné et ambitieux, pour asseoir des conditions sociales pour reconquérir le cœur des salariés du transport »

Enfin, la CFDT, FO et la CFTC ont décidé de « ne plus siéger à aucune CMP (Commission Mixte Paritaire) sans la mise en place effective des moyens liés au fonctionnement du dialogue social prévu par l’accord CPPNI du 13 décembre 2018 ».
 »Ceci est un prérequis pour assurer la cohésion du dialogue social de notre branche dans un contexte d’évolution des métiers et de notre environnement » concluent-ils.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *