Actu

Les transporteurs marocains eux aussi en grève obtiennent gain de cause

Face à la flambée des prix des carburants, les transporteurs expriment depuis quelques jours leur colère aux quatre coins de l’Europe, en France ou encore en Espagne. Les professionnels marocains se sont mis aussi en grève. Le gouvernement a finalement décidé de les aider financièrement après 5 jours d’actions.

« Face à cette conjoncture exceptionnelle, le gouvernement a choisi d’intervenir pour soutenir les professionnels du secteur afin de préserver le pouvoir d’achat des citoyens», a annoncé hier le ministre du Transport, Mohamed Abdeljalil.

Pour les transporteurs, rien n’est encore vraiment régler, les modalités et les montants de l’aide devraient être fixés « dans un délai de deux semaines ». L’ensemble des transporteurs (marchandises, voyageurs, taxis, etc.) devrait bénéficier de l’aide gouvernementale.

Plusieurs syndicats du transport routier exigent le plafonnement du tarif des carburants et des marges des distributeurs d’hydrocarbures. Le gouvernement marocain devrait ainsi apporter plus de 15 milliards de dirhams (1,4 milliard d’euros) supplémentaires en 2022 afin de préserver le pouvoir d’achat et lutter contre la hausse du gaz butane, du blé, de la farine et des tarifs des transports.

Le gouvernement libéral est dirigé par Aziz Akhannouch, un homme d’affaires qui a bâti sa fortune sur la distribution des hydrocarbures et qui est au cœur des critiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.