Actu

Les véhicules industriels se sont bien vendus en 2019 en Europe

En 2019, la demande de véhicules industriels (tout segment) en Europe a augmenté de + 2,5%, marquant la septième année consécutive de croissance, selon les derniers chiffres communiqués par l’ACEA. Chacun des principaux marchés a terminé l’année sur une note positive: l’Allemagne (+ 6,1%), la France (+ 4,3%), le Royaume-Uni (+ 3,0%), l’Italie (+ 1,9%) et l’Espagne (+ 0,3%). Les immatriculations de poids lourds dans l’UE sont restées plus ou moins stables.

En décembre dernier, les immatriculations de véhicules industriels ont augmenté de 5,7% dans l’ensemble de l’Union européenne, mettant fin à trois mois de baisse. La demande a été largement tirée par le segment des fourgonnettes, qui ont représenté plus de 86% de toutes les inscriptions de CV le mois dernier. En ce qui concerne les plus grands marchés, les résultats sont mitigés. La France (+ 7,4%) et le Royaume-Uni (+ 7,1%) ont enregistré une croissance en décembre, mais les immatriculations ont baissé en Espagne (-8,3%), en Italie (-4,0%) et en Allemagne (-1,7%).

Les résultats de décembre 2019 du segment des poids lourds étaient inférieurs de 13,6% à ceux du même mois en 2018, ce qui en fait le sixième mois consécutif de baisse de la demande en 2019. La principale raison de ce ralentissement est l’introduction de nouveaux tachygraphes obligatoires dans les poids lourds à partir de 15 juin 2019. En conséquence, les principaux marchés de l’UE ont affiché des performances inférieures à celles de l’année précédente. L’Allemagne (-20,4%), le Royaume-Uni (-15,4%) et la France (-11,9%) ont enregistré des baisses à deux chiffres au cours du dernier mois de l’année.

A lire aussi : 55 249 véhicules industriels immatriculés en France en 2019

En décembre, la demande de l’UE des véhicules de plus de 3,5 tonnes a diminué (-9,4%) pour le sixième mois consécutif. Cela s’explique principalement par la baisse des immatriculations de camions lourds, qui constituait l’essentiel de la demande totale de camions. Les principaux marchés de la région ont suivi cette tendance négative, l’Allemagne (-12,2%), l’Italie (-11,7%) et la France (-10,5%) enregistrant des baisses à deux chiffres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *