Actu

L’Ile-de-France pourrait être connectée par train à la Route de la Soie

Selon l’IAU (Institut d’aménagement et d’urbanisme), l’Ile-de-France pourra avoir un rôle à jouer dans le gigantesque projet chinois de la nouvelle route de la soie. L’idée serait d’intégrer la région parisienne dans le corridor qui relierait la Chine aux ports du Havre et de Paris. Explications.

L’IAU évoque la « boucle logistique ferroviaire » mise en place peu à peu par Pékin dans le cadre de stratégie Belt and Road Initiative (BRI) avec pour terminaux plusieurs ports européens. « Excentrée de l’axe économique est-européen, l’Ile-de-France doit s’inscrire dans ces grands flux d’échanges intercontinentaux, à l’heure où la France relance son fret ferroviaire » fait remarquer l’institut dans sa note.

Mais alors comment y intégrer concrètement l’Ile-de-France ? Haropa, l’ensemble portuaire de l’axe Seine qui réunit les ports du Havre, de Rouen et de Paris, structure depuis peu une offre ferroviaire vers Ludwigshafen (Allemagne), Strasbourg et la Suisse, via le terminal de Dijon-Gevrey relié également au port de Marseille. « Plusieurs itinéraires partant du Havre sont possibles et nécessiteront tous des investissements pour permettre un service ferroviaire efficace » précise l’IAU ajoutant : « ils peuvent se classer en deux grandes familles : un itinéraire via Paris, puis Metz-Nancy-Strasbourg-Ludwigshafen ; un itinéraire via Amiens, qui soit se poursuit vers le Nord via Dourges (Lille) et Duisbourg, soit contourne l’Île-de-France et rejoint Reims puis Strasbourg.

« L’itinéraire ferroviaire via Paris passe par le segment Serqueux-Gisors (Seine-Maritime/Eure) qui permet le contournement de Rouen et de Mantes. Il a été déclaré d’utilité publique fi n 2016. Mais restent posées d’une part la question de la capacité disponible entre Gisors et Paris, plus précisément entre Conflans-Sainte-Honorine (78) et Argenteuil (93) pour rejoindre la grande ceinture ; d’autre part la question de son acceptabilité par les collectivités locales traversées à cause de l’impact environnemental. Cet itinéraire constituerait une opportunité pour redéfinir le positionnement logistique multimodal de l’Île-de-France sur les grands flux européens et intercontinentaux terrestres » conclut l’IAU.

Télécharger la note de l’IAU

A lire aussi :

Routes de la soie : Lagarde insiste sur l’écologie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.