Actu

L’IRU demande que le transport routier soit davantage inclus dans les aide d’Etat sur le verdissement

L’IRU demande que le transport routier qui représente près de la moitié du transport de l’UE soit mis sur un pied d’égalité avec le transport ferroviaire et fluvial dans les nouvelles exemptions d’aides d’État de l’UE pour promouvoir la décarbonisation.

La Commission européenne a proposé un règlement du Conseil permettant à la Commission d’exempter de l’obligation de notification préalable, en vertu des règles de l’UE en matière d’aides d’État, certains types d’aides au transport ferroviaire, aux voies navigables intérieures et au transport multimodal.

« Nous saluons la proposition de la Commission visant à faciliter les procédures d’aides d’État lorsqu’il s’agit de décarboniser le transport, et que le transport multimodal, y compris intermodal, soit inclus. Cependant, il est faux d’exclure les modes de transport exclusivement routiers des subventions destinées à soutenir la transition verte de l’ensemble du secteur des transports » a déclaré Raluca Marian de l’IRU.

« La décarbonation sans investir dans le transport exclusivement routier est futile, étant donné que le transport uniquement routier représente plus de 45 % du transport de l’UE. Tous les modes de transport ont besoin d’incitations si l’UE veut atteindre ses objectifs du Green Deal », a-t-elle conclu.

La Commission affirme qu’une telle facilitation des aides d’État ne causerait pas de distorsions de concurrence. Mais le contraire est vrai. L’exclusion du transport exclusivement routier ne fera que créer des désavantages concurrentiels entre les opérateurs, car certains peuvent être impliqués dans des opérations multimodales alors que d’autres ne le sont pas, fait remarquer l’IRU.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.