Actu

L’IRU exhorte Bruxelles à remédier aux délais d’attente aux frontières

La Bulgarie et la Roumanie ont mis de nouveau en place des contrôles pour lutter contre la migration irrégulière, entraînant de longues files d’attente de poids lourds. L’IRU demande à la Commission européenne d’intervenir au plus vite pour éviter que la situation ne perdure et ait des conséquences durables sur le secteur du transport routier de marchandises.

« Bien que notre secteur soit pleinement d’accord sur le fait que la Roumanie et la Bulgarie appartiennent à l’espace Schengen, nous comprenons qu’elles devraient mettre en œuvre des mesures supplémentaires pour gérer les flux d’immigration. Malheureusement, ces actions ont des conséquences négatives disproportionnées sur le transport et le commerce des marchandises » a déclaré le secrétaire général de l’IRU, Umberto de Pretto.

Le nombre de camions à l’arrêt aux frontières de la Bulgarie et de la Roumanie ne cesse d’augmenter. Les temps d’attente peuvent atteindre les 72 heures pour certains conducteurs. « Des camions immatriculés dans l’UE et hors UE attendent jusqu’à cinq jours pour traverser ces frontières » précise l’organisation.

« Concernant les frontières extérieures de l’UE, les informations reçues des entreprises de transport routier de marchandises – de Bulgarie, de République tchèque, de Grèce, de Hongrie, de Roumanie et de Turquie – indiquent que les camions attendent aux frontières extérieures de l’UE de la Bulgarie pendant quatre à cinq jours » ajoute-t-elle.

Dans une lettre adressée à la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, l’IRU a exhorté la Présidente à soutenir de toute urgence le libre transport intra-UE de marchandises par route à Schengen et aux autres frontières intra-UE, ainsi qu’à soutenir des flux de camions efficaces à travers l’Union européenne.

« L’IRU appelle la Commission européenne à intervenir et à recommander aux États membres de mettre en œuvre des corridors de voie verte pour les camions au sein de l’UE. La Commission devrait également encourager les États membres concernés à accroître leur capacité d’inspection à leurs frontières terrestres extérieures de l’UE, à respecter les règles et les procédures de la convention TIR et à fournir des informations transparentes sur les temps d’attente prévus aux frontières extérieures.

One Response

  1. La responsable Européen devrait trouver une solution pérenne pour le trensport se passe bien dans cet espace chengen et éviter que les Chauffeurs passent autant de jours dans les fils d.attente surtout en ce moment.
    Merci
    Henri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *