Actu

Logistique du dernier kilomètre, place au vélo-cargo …

La période Covid joue les accélérateurs. Entre confinement et télétravail, des besoins inconnus jusqu’ici sont nés et les achats à distance ont explosé. Avec eux, de nouveaux moyens de transport. En plus des utilitaires légers, électriques ou non, les vélos-cargos se fraient une place et gagnent en reconnaissance compte tenu d’un encombrement réduit sans pollution. Le « clic&collect » favorise aussi le développement des livreurs de proximité auto-entrepreneurs ou salariés.

En région parisienne, 12 millions d’habitants, la livraison du dernier kilomètre associée au e-commerce laisse soucieuses les autorités régionales de toutes origines et la question environnementale devient prioritaire. Alors que 78 communes de la zone à faible émission (ZFE) métropolitaine de l’Ile de France entrent dans le dispositif depuis le mois de juin 2021, les réductions d’accès des véhicules les plus polluants inquiètent les professionnels. Dans ce contexte les 131 communes de la Métropole du Grand Paris (MGP) ont engagé l’acte II de leur plan de logistique urbaine lancé en 2018, et signé depuis par 82 acteurs, collectivités, entreprises et fédérations professionnelles.

« La crise sanitaire et l’essor du e-commerce ont montré que la logistique était un service essentiel pour les habitants. Il est urgent d’accélérer » expliquait il y a six mois, Patrick Ollier, président de la métropole alors que chaque année, 200 millions de tonnes de marchandises sont acheminées en Ile-de-France, dont 90 % par la route. L’élu complète « Si les plans locaux d’urbanisme, en cours de révision dans les communes, ne prévoient pas d’espaces consacrés à la logistique, nous aurons du mal à les intégrer dans notre nouveau schéma de cohérence territoriale. Il faut que les villes détectent rapidement les parcelles de 5.000 mètres carrés qu’elles comptent affecter à cet usage ».

Des places à prendre pour le dernier kilomètre.

De nombreuses startups se sont engouffrées dans cette voie prometteuse de multiples façons. Ainsi, Swoopin créée par Benjamin Bourdeau et Nicolas Spielmann sur le concept très actuel du dernier kilomètre a essaimé dans 11 villes françaises et en Europe (Bruxelles, Rome, Milan, Turin), avec des véhicules 100% électriques, y compris l’approche logistique.  A Paris Swoopin est installé sur des bases sur 3000 m² dans le centre et en périphérie, à Ivry, sur 2000 m². La start-up de 15 personnes fait travailler beaucoup de prestataires qui roulent en vélos électriques conçus et fabriqué par Swoopin. Ces véhicules écologiques sont dotés de caisses de 1500 litres pour des transports de produits secs ou frais.

Benjamin Bourdeau, créateur de Swoopin

« Nous travaillons pour les commerçants les plus importants du commerce et e-commerce dont Carrefour, Amazon, Zalando … Sur les territoires sur lesquels nous distribuons, 500 vélos électriques sont opérés pas les salariés de nos prestataires qui sont 100% en CDI. » assure Benjamin Bourdeau qui parle aussi d’utilitaires à 4 roues de surface réduite qui se faufilent partout … « Je pense que l’épisode Covid nous fera gagner deux ans sur nos prévisions compte tenu du succès du e-commerce. D’autant plus que le transport 100% écologique est un argument de poids pour nous » complète le jeune dirigeant

Une vive concurrence et un développement rapide

Chaque nouvelle entreprise bâtie sur une activité du dernier kilomètre présente ses solutions permettant de fiabiliser la chaine logistique. C’est le cas de Vlove Cyclo-logistique, créée par Christophe Bresch, Guillaume Durel et Floréal Nivert en pleine crise sanitaire, qui développe le transport à vélo dans les principales métropoles françaises dont Paris, Bordeaux, Lyon, Lille (pour le moment avec déploiement en cours à Marseille, Nice, Grenoble, Strasbourg, Rennes, Nantes, Toulouse et Montpellier) Vlove Cyclo-logistique  utilise plusieurs sortes de matériel  vélo, vélo-cargo, biporteur et triporteur permettant d’adapter les cycles aux missions et permettant de transporter jusqu’à 275 kilos de marchandise. Imaginée fin 2020 au cours du deuxième confinement l’entreprise lancée en janvier 2021 connaît actuellement une forte croissance sur le secteur de la livraison alimentaire et du colis. Avec plus de 43 000 livraisons effectuées ces 4 derniers mois et 129 000 Km parcourus à vélo par ses 100 livreurs, tous engagés en CDI, la jeune société fait sa place comme acteur de livraisons écologiques et responsables les plus en vogue du secteur.

Vlove Cyclo-logistique a signé un partenariat avec Cogepart, spécialiste français de la livraison du dernier kilomètre, qui souhaitait apporter une solution innovante et dynamique. Ce rapprochement permet à Cogepart de renforcer les moyens de livraisons en mobilité douce, trottinettes électriques et triporteurs, d’un prestataire logistique qui met en place son Plan Vert (une flotte 100% décarbonée d’ici 2025) et permettre de répondre aux demandes grandissantes en livraison à vélo et vélo-cargo en zone hyper urbaine.

Les grands opérateurs étudient les possibilités et les contraintes

Au mois de septembre 2021, la Poste française participe à la troisième édition du Green Postal Day avec les postes du monde entier. Il s’agit là aussi de lutter contre le changement climatique alors que la Poste française vise la livraison 100% décarbonée à l’horizon 2030. 16 opérateurs postaux du monde entier réunis au sein de l’IPC (International Post Corporation) célèbrent le 17 septembre le « Green Postal Day », pour la troisième année consécutive. L’objectif du « Green Postal Day » est de mettre en lumière les engagements pris au cours des dix dernières années par les postes mondiales en matière de réduction d’émissions de CO2 et de s’engager vers de nouveaux objectifs pour 2030.

C’est tout un secteur qui se mobilise et  travaille en synergie depuis plusieurs années. Très concrètement, Le Groupe La Poste se fixe pour objectif d’assurer une livraison 100% propre (zéro et faible émission) dans 225 villes en Europe dont 22 métropoles françaises, à horizon 2025. La Poste entend ainsi inventer un e-commerce plus responsable. D’ici 2030, les postes engagées dans ce programme, visent collectivement un objectif de 50% de leur flotte en véhicules à carburant alternatif (contre 22% en 2019) et 75% de leur énergie consommée, générée à partir de ressources renouvelables. Alors, là aussi, le vélo-cargo a sa place …

Jean-Yves Kerbrat
Les derniers articles par Jean-Yves Kerbrat (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.