Actu

L’OTRE demande l’adaptation du fonds de solidarité pour le transport Voyageurs

L’OTRE demande l’adaptation des mesures du fonds de solidarité pour les entreprises du transport routier de voyageurs touchées par la crise sanitaire. Pour l’organisation, « le compte n’y est toujours pas. »

L’OTRE rappelle dans un communiqué que « le décret du  24  mars  2021 institue une aide visant à compenser les coûts fixes non couverts des entreprises touchées par l’épidémie de la COVID19. Si nous saluons cette mesure supplémentaire, celle-ci ne s’appliquera qu’à très peu d’entreprises du secteur du tourisme par autocars du fait de seuils trop élevés ou inadaptés. »

Pour rendre éligibles les entreprises dont l’activité est mixte (conventionnées e tourisme/occasionnel), le chiffre d’affaires lié au tourisme doit être isolé pour permettre l’application du seuil de perte de 50% du chiffre d’affaires sur la seule activité  tourisme/occasionnel  et non sur l’ensemble de l’activité. Le seuil de 1 million d’euro de chiffre d’affaires mensuel permettant d’accéder au fond exclue quasiment toutes les TPE PME et ETI du secteur. L’OTRE persiste également dans sa demande de suppression de ce seuil.

« Les entreprises autocaristes ont pu repousser pendant 12 mois le remboursement des crédits sur le matériel. Aujourd’hui, elles vont devoir recommencer à payer leurs traites alors même que l’activité n’a pas repris et qu’aucune perspective proche ne se dessine. Les véhicules de tourisme perdent de la valeur au fil du temps, même s’ils ne roulent pas. Toutefois, ils devront être renouvelés alors même que la crise obère notre capacité d’investissement et que des exigences de transition énergétique se dessinent » souligne l’OTRE qui réclame le versement d’une aide au véhicule de tourisme, calculée sur le montant des échéances de prêts.

« En effet, si le report des traites est une mesure indispensable en termes  de  trésorerie,  la  dotation  aux  amortissements  de  nos  véhicules constitue des charges d’exploitation qui  ne  peut  être pris  en  compte  dans  le  dispositif  de  prise  en charge des coûts fixes. Le temps que l’activité puisse repartir, l’OTRE demande par ailleurs le maintien  de  la  possibilité  de décaler  le remboursement  des  crédits  pour  au  moins  6  mois  supplémentaires et  le  maintien  de  la mesure renforcée d’activité partielle prévue au plan tourisme à minima jusqu’au 30 juin 2021 » ajoute l’OTRE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *