Les + de l'actualité

Au Mexique, des camions blindés pour lutter contre les agressions

Au Mexique, les agressions contre les poids lourds explosent. Pour lutter contre ce fléau, les transporteurs n’hésitent pas à faire blinder leurs flottes de camions. Le secteur du transport routier estime à 4 milliards d’euros le montant de la perte annuelle due aux agressions de poids lourds. Ça fait réfléchir.

C’est devenu quotidien. On dénombre une trentaine de faits similaires par jour. Des hommes armés bien renseignés obligent sur les autoroutes les conducteurs routiers à stopper leur ensemble et repartent avec le véhicule souvent chargé de biens de valeurs (produits électroniques, appareils ménagers, vêtements de luxe, …). En 2018, 11 062 plaintes ont été déposées, soit 33 par jour.

Ces agressions à répétition ont fait naître un nouveau marché au Mexique : le blindage des camions. La raison est simple : la majorité des entreprises de transport n’assure plus leurs poids lourds car ils sont incapables de résister aux tirs de fusils d’assaut ! Les compagnies d’assurance ont décidé de couvrir seuls les tracteurs routiers blindés !

« C’est un créneau en pleine croissance », explique un transporteur mexicain. « C’est cher, très cher. Mais les compagnies d’assurances exigent des équipements blindés pour des envois d’une valeur supérieure à un certain montant ». Le coût pour blinder son camion : 27 000 dollars soit 24 000 euros. Certains diront que c’est une somme modique face à une marchandise qui peut valoir un demi million de dollars.

Autre soucis de taille : les vols deviennent de plus en plus sophistiqués et violents, selon Daniel Portugal, qui dirige la société de blindage Diamond Glass. Les criminels bloquent sur la route le camion avec plusieurs véhicules puis “vont droit sur le chauffeur”. Pour Esteban Hernandez, président de l’Association mexicaine de blindage de véhicules, le secteur est engagé dans une course technologique contre les criminels. “Les camions disposent de dispositifs GPS qui indiquent leur position en cas d’arrêt imprévu, mais les criminels ont leurs propres dispositifs pour bloquer le GPS”, explique M. Hernandez.

Ces criminels accèdent à la cabine par les marches métalliques du camion, alors “nous avons mis au point un mécanisme permettant de rétracter les marches” depuis l’intérieur de la cabine quand le chauffeur n’a pas besoin de sortir.

Les entreprises mexicaines de transport consacrent environ 6% de leurs revenus à la sécurité, contre environ 0,5% dans le reste du monde, selon des chiffres du secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *