Actu

Mouvement routier : les syndicats en ordre dispersé

La CGT Transport a fait savoir à TRM24 qu’elle comptait bien exprimer son mécontentement mais ne souhaitait pas rejoindre le mouvement de FO Transport programmé le 3 juin prochain. La CFTC préfère attendre la rentrée de septembre, comme nous vous l’indiquions hier. Il semble bien que les organisations syndicales aient choisi l’option de lancer des actions en ordre dispersé.

Fabrice Michaud, secrétaire général de la CGT Transport, a confirmé à TRM24 que son syndicat exprimera bien son désaccord avec le ministère des transports à travers un mouvement. « Nous allons nous caler sur le calendrier social de la CGT, c’est à dire la première semaine de juin. Nous n’avons pas encore décidé la forme que prendra le mouvement ni la date mais nous pourrons choisir des actions le 4 ou le 7 juin le jour de la réunion des ministres européens des transports. » Et pas question de se joindre au mouvement de FO Transport : « Il y a eu quelques réticences chez nous pour se mettre avec FO pour des actions » nous a précisé Fabrice Michaud.

La CGT Transport ne cache pas son agacement n’ayant pas été destinataire de la lettre du directeur de cabinet d’Elisabeth Borne. Marc Papinutti répondait à FO Transports et à la CFDT Route sur la non extension de l’accord du 4 octobre dernier. Le dir cab affirme que « les dispositions de l’accord (amplitude, coupures, vacations, indemnisations des frais professionnels) seront transposés dans la loi d’orientation sur les mobilités. » Marc Papinutti annonce même que « le projet devrait être déposé sous peu au Conseil d’Etat et présenté en conseil des ministres à l’été. »

Nous sommes loin de l’intersyndicale qui réunissait encore hier les principales organisations syndicales des salariés du transport routier. Il semble que chacune préfère suivre les consignes des instances dirigeantes à défaut de se rassembler. Elisabeth Borne, la ministre des transports, pourrait profiter de ce manque d’unité pour faire l’impasse sur les principales dispositions de l’accord du 4 octobre. Un autre dossier épineux attend la profession : la réforme des retraites et la fin annoncée du Congé de fin d’activité prévue avant l’été 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.