Actu

Mouvement TRM : la semaine décisive

Cette semaine sera décisive. On saura si les transporteurs et les conducteurs routiers rejoignent concrètement le mécontentement général. Les régions, en l’occurrence la FNTR Pas-de-Calais et l’OTRE Hauts-de-France, n’ont pas attendu et devraient poursuivre plus durement leur mouvement entamé jeudi dernier et l’OTRE nationale lance samedi ses propres actions. La FNTR et TLF de leur côté préfèrent jouer la prudence. Côté salariés, seules FO Transport et la CGT transport ont appelé à des arrêts de travail jeudi.

Les transporteurs routiers vont-ils s’inviter dans le mouvement national jeudi prochain comme l’ont fait les entreprises du BTP en bloquant les dépôts pétroliers, sur le port de Brest (Finistère), ainsi qu’à Lorient (Morbihan) et Vern-sur-Seiche (Ille-et-Vilaine) ? En tout cas, ce n’est pas l’option choisie par l’OTRE nationale qui préfère lancer son mouvement samedi, soir 48 heures après la grève générale. Ce choix sera-t-il payant ? Réponse dans quelques jours car ce n’est pas dit que les radios et télés déjà fortement mobilisées jeudi repartent sur le terrain.

En tout cas, les régions ont opté pour une communication en amont. Dès jeudi dernier, la FNTR Pas-de-Calais et de l’OTRE Hauts-de-France ont établi des barrages filtrants à la frontière belge. Et les deux organisations du Nord n’excluent pas de poursuivre leur « jeudi de la colère du TRM » avec ou sans le national.

Les professionnels du BTP ont gagné une première victoire. Ils seront reçus par Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, ce lundi. « Ce n’est pas assez » lancent-ils souhaitant être reçus par Edouard Philippe. Ils protestent contre la suppression de leur avantage fiscal sur le gazole non routier, prévue dans le projet de loi de finances 2020. Dans un communiqué, la CNATP, qui représente 35 250 entreprises de travaux publics en France dont 96 % ont moins de 20 salariés, souligne que cette suppression représenterait une charge supplémentaire de 10 % sur le chiffre d’affaires des entreprises.

Selon nos informations, d’autres organisations en région, le plus souvent OTRE et FNTR, pourraient rejoindre les fédérations du Nord déjà dans la course.

Chez les salariés, FO Transports avait annoncé dès septembre s’aligner sur le 5 décembre, date choisie pour une grève reconductible par cinq syndicats de la RATP (Unsa, CFE-CGC, SUD, FO et Solidaires). La CGT Transport a rejoint depuis FO Transport. La CFTC Transport de son côté a lancé un appel à la grève pour le 16 décembre. Pas sûr que les salariés du transport s’y retrouve.

Regardez la grève des routiers en juillet 1992, une autre époque …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *