Actu

NAO TRM 2022 : les syndicats rejettent la revalorisation de 5% du patronat

Les organisations patronales du transport routier ont prévenu : elles ne proposeront pas d’autres augmentations au-delà de 5%. C’est leur dernier mot et leur dernière proposition. La dernière réunion de Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) sur les rémunérations TRM qui a lieu hier est « un échec » pour les syndicats. Les syndicats dont FO Transport ont déjà annoncé qu’ils ne signeront pas l’accord.

Les organisations patronales se sont mises d’accord sur la dernière proposition d’OTRE soit + 5% en linéaire sur les taux conventionnels 2020 à l’embauche.

Voici dans le détail :

Coef 120 : 10€20 + 5 % = 10€71

Coef 128 : 10€23 + 5 % = 10€74

Coef 138 : 10€25 + 5 % = 10€76

Coef 150 : 10€49 + 5 % = 11€01

« En matière de taux conventionnel, les OP nous ont fait savoir qu’elles n’iraient pas au-delà. Pourtant la FNTL FO-UNCP avait fait une contre-proposition en tenant compte de l’inflation et du prévisionnel 2022 à : coef. 120 : 11€71 / coef. 128 : 11€74 / coef. 138 : 11€76 / coef. 150 : 12€ » nous fait savoir le syndicat, ajoutant : « les salariés des transports perdent 1/12ème de mois sur l’augmentation du SMIC du 1er octobre 2021. »

Selon l’OTRE que nous avons contactée, les OP se sont par ailleurs « engagées à ouvrir des travaux » sur :

  • L’amélioration de la mutuelle pour aboutir à une amélioration du panier de soin socle,
  • L’amélioration de la prévoyance pour longue maladie
  • La mise en œuvre d’un de branche sur l’épargne salarial visant à négocier un accord d’intéressement, non contraignant, permettrait d’associer les salariés aux résultats dans le cadre d’un mécanisme souple et simple pour les entreprises < 50 salariés.
  • Un travail auprès des chargeurs pour l’amélioration des conditions d’accueil

L’OTRE nous a confirmé qu’elle s’est engagée aussi à « un travail auprès des autorités sur la question du permis professionnel ».

Les syndicats estiment que « les allègements de cotisations patronales ne vont que jusqu’à un certain pourcentage du SMIC, la partie patronale ne veut absolument pas perdre les allègements. Donc, un système qui était soi-disant fait pour aider les entreprises face à la concurrence, devient de fait « une trappe à bas salaire permanent ».

Hervé Rébillon
Les derniers articles par Hervé Rébillon (tout voir)

One Response

  1. Quel avantages restent ils aux chauffeurs routiers?
    Heures supplémentaires dissimuler, véhicule non attitré et sans options, mepris dans l’accueil des chauffeurs, radars, commencer dans la profession avec 6 points !
    Ce n’est plus un métier qui attire.
    Beaucoup partent en retraite, en CFA ou quitte la profession.
    Alors que fait ont ? Rien !
    Ont embauche des permis étrangers ! ( qui ne commence pas avec 6 point sur leurs permis alors qui ne savent même pas reculer ! Et roule avec 3 GPS sur le tableau de bord ! ) {:(

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.